Partager :

Jean-Pierre Hazard

Dans les années 1970, Jean-Pierre Hazard faisait la route avec Kerouac. Ces dernières années, il a suivi le chemin initiatique de Dante, dont il a traduit une version de « La Divine Comédie ». Ce médecin féru de psychiatrie et de philosophie partage le pessimisme radical de Céline, dont il chérit « Voyage au bout de la nuit » ou « D’un château l’autre », comme le titre de son essai le suggère.

DE L'AUTEUR