De l’ignorance à la connaissance de soi… itinéraire singulier d’un franc-maçon

« J’ai donc failli être un franc-maçon heureux et surtout « ignorant », c’est-à-dire muni d’une conscience vierge de toute impression de vérités dérangeantes (puisque les autorités maçonniques avaient su habilement me les cacher) avant que je ne lise, par un heureux hasard (que je dois à l’un de mes enfants), en août 2019 un ouvrage qui s’intitule Capitalisme et Esclavage, édité aux Etats-Unis en 1943 et écrit par Eric Williams. »

Cet essai est la mise en perspective, aux XVIIe et XVIIIe siècles, de la collusion d’intérêts pécuniaires et politiques entre une partie de la franc-maçonnerie négrière et esclavagiste française et l’État d’alors accréditant ces crimes contre l’humanité, au nom du Code Noir, dans les Petites et Grandes Antilles, et en particulier à Saint-Domingue.
Certains de ces francs-maçons, et pas des moindres, comme Alexandre Grasse de Tilly, Grand inspecteur général et Grand commandeur des Antilles françaises, dépositaire du Rite écossais ancien et accepté (REAA) qui venait de se constituer à Charleston, et fondateur du Suprême Conseil pour le 33e degré en France, ne furent pas, comme les puissances maçonniques d’aujourd’hui cherchent à nous le faire croire, les modèles humanistes qu’ils étaient censés incarner.
Alors le Rite écossais ancien et accepté est-il le fruit d’une forfaiture ? Ses principaux promoteurs ayant fait le jeu d’un commerce abject, le rite s’est-il construit sur une trahison des valeurs maçonniques d’hier ?
Même si d’autres francs-maçons furent abolitionnistes à la même époque – citons Jacques-Pierre Brissot de Warville, Nicolas Condorcet mais surtout Étienne de Polverel, commissaire politique sur l’île de Saint-Domingue à l’origine de la première abolition de l’esclavage en 1794 –, ceux-là ne sont, hélas, pas reconnus à leur juste valeur.
Effectivement les puissances maçonniques ne retinrent pas les noms de ces courageux abolitionnistes mais leur préférèrent ceux marqués du sceau de l’infamie… Cette position inacceptable sur un plan humaniste reposa sur des choix douteux, encore relayés par les autorités maçonniques d’aujourd’hui qui semblent sourdes à l’appel de l’enjeu mémoriel que constitue ce passé peu glorieux.
« Les bourreaux tuent toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli » Elie Wiesel

PRIX PAPIER :
(PRIX TTC)
10,90
En Stock
PRIX NUMÉRIQUE :
(PRIX TTC)
6,99
En Stock

L'AUTEUR :

Philibert de Bretagne revient sur les raisons de sa démission de la franc-maçonnerie à travers un récit documenté.

AVIS DE L'ÉDITEUR

Rétrospective. Philibert de Bretagne revient sur les fondements de la franc-maçonnerie, ayant pris racines dans les pratiques esclavagistes. L'état des lieu est glaçant.

PRIX PAPIER :
(PRIX TTC)
10,90
En Stock
PRIX NUMÉRIQUE :
(PRIX TTC)
6,99
En Stock
AVIS DES LECTEURS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager :
PRIX PAPIER :
(PRIX TTC)
10,90
En Stock
PRIX NUMÉRIQUE :
(PRIX TTC)
6,99
En Stock
DÉTAILS DU LIVRE
Editions du Panthéon Date de publication : 02/10/2020
French Dimensions : 13,3 x 20,3 mm
Nombre de pages : 72
Collection : Essai
ISBN : 978-2-7547-5120-9
MOTS CLÉS

franc-maçonnerie, Rite écossais ancien et accepté, esclavage, commerce triangulaire, esclavagisme, Code Noir, abolition