Thème : Philosophie morale

La dialectique et le souffle de l’architecture

« Premièrement, je vous prierais de prendre en compte que l’Architecture est différente de toutes les autres sciences, qui possèdent en principe un nom désignant le champ de leurs études. En effet, contrairement à l’astronomie qui désigne l’étude des astres, la musicologie qui désigne celle de la musique, pour ne citer que ces deux exemples, le mot « architecture » ne précise ni son domaine, ni son objectif. Et c’est la raison pour laquelle on pense de nos jours si vaguement que l’architecture est partagée entre l’ingénierie et la décoration, et il y en a même qui ignorent complètement son utilité ! »

Kris, accompagné de ses trois collaborateurs, un architecte et deux archéologues, s’apprête à restituer la base de la véritable aventure de l’évolution intellectuelle humaine dans une fiction se déroulant au pied de l’Acropole. Les quatre protagonistes se retrouvent alors à enquêter sur la réalité historique de l’architecture, au travers de textes choisis du corps platonicien qui leur permettent de décoder ce qui émane de l’Âme du Parthénon. Serait-il donc possible, en suivant l’enseignement de Socrate et de son époque, de capturer le « souffle » que dégage ce monument ? Quels sont donc les liens de ce « souffle » dénué de sens poétique, mais reliant celui du platonicien à l’architecture ? Et enfin, comment les réponses justifient-elles la nécessité de la création de cette « science », appelée Architecture ?

La cité des voyants

« Être pour l’homme, n’est pas seulement être quelqu’un pour autrui, qui en impose, qui attire très fortement l’attention des autres humains sur lui, par des moyens divers et variés. Si être pour l’homme c’est devenir quelqu’un, il s’agit en toute situation de devenir quelqu’un pour soi-même. Telle est la clef de la doctrine. »

Une fois sa doctrine achevée, un mystérieux philosophe des régions alpestres décide de venir à Paris pour recruter les habitants de sa future cité des voyants. Admirateur d’Antonin Artaud, il sollicite les membres du club de Georges – « Les amis du Mômo » – pour sélectionner judicieusement l’assemblée d’auditeurs capables de tirer profit de l’enseignement de cette doctrine, mais aussi désireux de rejoindre les futurs occupants de sa cité.

Dans un cycle de douze conférences, il expose son dogme et dévoile les droits et les devoirs de ces voyants, citoyens selon lui d’un nouvel âge pour l’être humain. Triés sur le volet par le nouveau disciple parisien du prophète, ils se questionnent entre eux à propos de cette nouvelle parole, tantôt enthousiastes, tantôt sceptiques…

Arnaques & Impostures

« Pousse hardiment la porte devant laquelle tous cherchent à s’esquiver »
Goethe

En s’appuyant sur la psychologie Humaniste et Universelle du célèbre médecin psychiatre C.G. Jung, l’auteur associe la psychologie et la philosophie depuis les maîtres grecs antiques à une cause commune : la recherche, l’argumentation et l’expression de la vérité.

Clair et précis, cet essai s’adresse à tous et particulièrement à celles et ceux qui, de près ou de loin, sont ou ont été concernés par le MBTI et/ou le Golden. Avec l’aide précieuse d’autres domaines des Sciences Humaines, nous entrons dans les arcanes et les enchevêtrements de ces tests typologiques. Sa lecture nous permet de poursuivre notre route en toute connaissance, sans plus encourir le risque d’être égarés par ces apprentis sorciers.