Femme de conviction, Annick Lassot voue sa carrière au service de l’enfance et de la jeunesse. En 2009, le départ en retraite sonne aussi le début de sa maladie de Parkinson. Résolument combative, elle prend la plume aux vertus thérapeutiques et prône le partage.

DE L'AUTEUR
PRIX PAPIER
22,90 En Stock

PRIX NUMÉRIQUE
12,99 En Stock
PRIX PAPIER
13,90 En Stock

PRIX NUMÉRIQUE
9,99 En Stock

Rencontre avec... Annick Lassot

1. Pouvez-vous présenter votre livre ?
J’écris depuis toujours, mais j’ai commencé à publier en 2014.
De 2014 à 2017, 3 recueils de poèmes sont parus : « 50 ans de poèmes », « Juste un souffle », « Sagesse »
Avec ces ouvrages, j’ai concrétisé mon désir de partager la musique des mots, mes émotions et susciter celles des autres.

Sont parus aussi deux livres témoignages sur la maladie de Parkinson :
« La vie d’une dopaMinette » et « une dopaMinette avertie en vaut deux » avec pour objectif de contribuer à faire mieux connaître et reconnaître cette maladie, dont on peut, si l’on se prend en charge, en retarder l’évolution, mais dont on ne guérit pas aujourd’hui… Au milieu de mes poèmes qui évoquent le quotidien, je donne la parole à d’autres malades, accompagnants et soignants qui font part de leur propre vécu, leurs propres expériences… échanger toutes informations utiles à tous, se réconforter mutuellement, aider les plus en détresse à retrouver le goût de la vie.

2. Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Ces livres, composés essentiellement de poèmes écrits au fils des jours, en fonction de l’inspiration du moment, parlent des choses de la vie, des expériences vécues dont on tire enseignement, de ma philosophie, de mes engagements.
Cela peut partir d’un souvenir qui resurgit, d’un parfum, d’une musique, du plaisir de jouer avec les mots, de l’écoute de l’autre , du partage des connaissances, d’un geste, d’une parole…

3. Quel est le livre qui vous a donné l’envie d’écrire ?
L’œuvre de Shakespeare m’a beaucoup marquée… Il nous transporte dans un monde à la fois onirique et réaliste quand il évoque les faiblesses humaines, des intrigues complexes dans des décors souvent féériques !
Pas de livre en particulier donc, sauf ceux qui font rêver comme les contes de Grimm, de Perrault et les fables d’Esope ou de La Fontaine où l’on trouve un bestiaire merveilleux et étrange qui permet à l’auteur de faire dire aux animaux des vérités qu’on n’oserait pas faire dire par des humains.

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?
En fait, je ne suis jamais sortie de l’enfance… Je considère qu’être poète c’est d’abord avoir la capacité de s’émerveiller de tout, voir ce que les autres ne voient pas, et savoir partager l’intelligence collective, riche de nos différences.

5. Quelle est votre citation favorite ?
« Malgré toutes les difficultés, la vie vaut d’être vécue. »

6. Quel est votre mot préféré ?
« Musique »

7. Quelles sont vos sources d’écritures ?
J’écris pratiquement tous les matins depuis plus d’un demi-siècle, sauf pendant les périodes où j’ai d’abord vécu et où l’activité professionnelle, mon engagement public, ne me laissaient pas assez de temps… Mais j’ai gardé l’inspiration pour la fin de ma vie, où les temps libres sont plus nombreux.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?
« Roméo et Juliette » de Shakespeare
Ou Les œuvres croisées de Louis Aragon et Elsa Triolet

9. Stylo ou Clavier ?
Toujours le stylo plume sur la page blanche pour une écriture spontanée et des vers courts, puis le clavier pour la correction de l’orthographe, la relecture de la musique des mots et la vérification des rimes.