Originaire du Gabon, Annie Flore Assenguet Yogoulou Joly est l’auteure d’essais sur la Francophonie et le droit des femmes, et d’un didacticiel sur la langue téké. Chercheuse, elle collabore à de nombreux organismes et centres d’études.

DE L'AUTEUR
PRIX PAPIER
35,90 En Stock

PRIX NUMÉRIQUE
12,99 En Stock

Rencontre avec... Annie Flore Assenguet Yogoulou Joly

1. Pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Le livre, contenant 744 pages, du genre Essai, paru le 27 juillet 2018, est une étude précise et documentée qui revient sur les inégalités subies par les femmes, les filles et les jeunes filles. Ce livre présente un état des lieux de la situation de l’inégalité femme homme aujourd’hui. Il met en évidence le féminisme d’un point de vue général, partant de la création de l’humanité à nos jours et traite également du Droit, de l’Égalité, de la Discrimination, des Violences faites aux femmes, aux filles et aux jeunes filles. Bien que dénonçant les faits observés, le livre place sans tabou un diagnostic détaillé de nos sociétés, relève certaines incohérences des textes fondamentaux aux lois adoptées et, donne par-dessus tout des solutions pratiques qui demandent beaucoup de courage et d’audace pour amener nos sociétés vers cette égalité tant recherchée qui nous conduira vers un monde plus rasséréné et prospère. Il se focalise sur l’Afrique et met en évidence un cas pratique : l’exemple du Gabon. A travers cet exemple il est mis en lumière l’évolution de l’Objectif 5 du Développement Durable, promouvant l’égalité entre les sexes, énoncé au Sommet sur le Développement Durable de l’ONU en septembre 2015. Ce livre invite à réfléchir et dévoile, sans tabou, les résultats de ma recherche systématique servie par des paramètres rigoureux. Il importe de relever que « la revendication de l’égalité femme- homme n’est pas assimilable à un conflit homme- femme ». Au contraire, la revendication ici « doit résulter non seulement de l’engagement des femmes mais aussi de celui des hommes dans une solidarité bien comprise de leurs intérêts communs. »

2. Quelles sont vos sources d’inspirations ?

De prime abord ma vie au quotidien reste une source d’inspiration, sans omettre celle de mes proches. Pour moi, écrire c’est faire passer un message à partir de l’expérience vécue. Mes autres sources peuvent partir des livres ou magazines lus, d’un enseignement reçu, d’une phrase, d’un fait observé, d’un proverbe, d’une cause, d’un documentaire suivi ou d’une histoire vécue, d’une situation préoccupante comme celle de l’Égalité Femme Homme à tous les niveaux. Pour la rédaction du livre : «L’évolution des droits des femmes et leur engagement vers une égalité réelle : le cas du Gabon», les faits de société m’ont inspirés, notamment le mariage forcé ou précoce (le manque de libre arbitre dans le choix du futur époux), le poids de la coutume archaïque qui ne valorise pas l’humain, l’amour de la facilité, l’essor du concubinage, l’abandon scolaire, le manque de confiance des femmes, la spoliation des veuves et des orphelins, le manque de considération des femmes mariées…les inégalités toujours croissantes, l’ignorance des droits ! Ce qui m’amène à énoncer que « la méconnaissance des droits est un frein pour tout épanouissement. Elle conduit à des conséquences irréversibles ».

3. Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

« Learn Corean ». En effet, cet exemple m’a inspirée à faire de même pour ma langue maternelle qui n’avait aucun support « papier ». Je me suis donc lancée dans l’écriture de la langue téké pour la rendre disponible autrement : « Didacticiel de la langue téké- TIGA LA TÈGUÈ/ PARLE LE TÉKÉ ». C’est aussi une manière pour moi d’en laisser une trace écrite et de la transmettre aux autres. Ainsi, l’envie d’écrire s’est installée…depuis, je n’arrête plus !

4. Si vous deviez vous décrire en trois mots, quels seraient-ils ?

Humaniste, déterminée et libre. Faire preuve d’humanisme devrait être le leitmotiv de tout être pensant. La détermination dans les actions à mener et la liberté de penser, d’écrire et d’agir sont nécessaires pour tout simplement faire avancer les choses et être ! Cependant, il ne faut pas faire de cette liberté un prétexte pour vivre dans le désordre et le non-respect de la dignité de l’autre et des valeurs humaines.

5. Quelle est votre citation favorite ?

« Ni haine, ni peur, c’est là notre victoire. » – Albert CAMUS.
C’est une citation que j’apprécie beaucoup. C’est un appel à la tolérance, à bâtir la confiance, à promouvoir le dialogue et à construire des ponts entre les humains. Il importe pour moi d’éteindre les feux de la haine sous quelle que forme que ce soit. Et j’ai choisi l’écriture pour faire ma part. Chacun-e devrait vouloir et pouvoir faire sa part. La haine est le plus souvent sustentée par la peur de l’autre. Ainsi, éviter la haine, c’est en quelque sorte annihiler la peur. L’assurance s’installe, la paix intérieure est préservée, l’harmonie s’invite et c’est là notre victoire !

6. Quel est votre mot préféré ?

L’engagement !

7. Quel est votre rituel d’écriture ?

Je n’ai pas de rituel en tant que tel. C’est généralement par inspiration. Quand je suis inspirée j’écris, peu importe le sujet, le lieu, le temps. Une idée me traverse l’esprit, devant la télé par exemple, j’écris ! Je peux commencer en un instant « T » et poursuivre dans la nuit ou de préférence au petit matin, ou quelques jours après.

8. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

Quand certain-e-s pensent aux livres déjà lus, moi je pense à ceux qui auraient pu exister, à l’instar d’un titre qui me taraude toujours l’esprit et que je souhaiterais léguer : « Un guide pour la vie en toute quiétude. » Certainement que je le ferai un jour !

9. Stylo ou clavier ?

Je suis les deux, certes, mais sans omettre le crayon à papier. Je commence toujours par écrire mes pensées sur un papier, en me servant d’un stylo ou d’un crayon à papier. Puis intervient le clavier pour tout rassembler, saisir et donner une suite !

10. Le mot de la fin ?

Ne pas avoir peur de dire ce qui est droit et juste !
Poursuivre et préserver la PAIX en promouvant le respect des valeurs humaines et familiales, la dignité de toutes et de tous et l’Egalité Femme Homme (EFH) : tels sont les gages d’un monde plus humain et plus rasséréné !