Thème : thriller

Crimes en héritage

« Paul ne répond pas. Il ne peut plus répondre ! Il faut qu’il s’allonge, il va tomber. La tête à dix centimètres de la table, les bras lourds, il fait un geste vers le stylo qui se trouve tout près de lui.
L’inspecteur se précipite avec le procès-verbal et fait signer les aveux de Paul Laugier.
À la question de savoir s’il a un avocat, il répond par la négative d’un hochement de tête : on lui en désignera un d’office. »

Père et époux modèle, Paul Laugier occupe paisiblement sa retraite à jardiner et à rendre service à son village. Au cours d’une randonnée qu’il organise, il rencontre une femme mariée qui lui fait perdre la tête. Quand le mari de sa maîtresse est assassiné, tous les soupçons pèsent alors sur le pauvre Paul qui voit le piège se refermer sur lui. Traîné aux assises, va-t-il parvenir à prouver son innocence ?

Le client de la table dix

« – Ma chérie, ton client à la table dix ne me plaît pas du tout. Il a un regard étrange.
– Oui, Sophie, j’ai vu comme toi. Mais ne t’en fais pas… je pense qu’il ne pourra pas me faire de mal juste avec ses yeux étranges. »

Adeline quitte le Midi pour étudier à Paris. Elle veut ne dépendre de personne et surtout pas de son riche père. Elle prend un emploi de serveuse et connaît les jours de galère, la solitude et la faim dans un Paris inhospitalier. Plus tard, dans cette ville qu’elle aura apprivoisée, elle devra braver les intentions malhonnêtes de personnages douteux et violents en cavale, venus d’Italie pour se réfugier dans la capitale…

La vengeance d’une femme

Ce fou furieux a déjà assassiné mon mari, mon fils et une amie très chère à mes yeux : son bilan meurtrier est trop lourd pour nous et les autorités, il faut que cela cesse et le plus tôt sera le mieux.

C’est dans la sombre ville de Détroit que nous emmène cette enquête complexe. Entre vengeance et trahison, les coupables ne sont pas toujours ceux qu’on croit et la police a bien du mal à arrêter l’assassin. Pendant ce temps-là, les citoyens tremblent…

Un traitement de choc

Effectivement, il n’y avait personne. Tout l’appart était plongé dans le noir, aucun volet ouvert. Ça sentait le renfermé. Et le plus intéressant, c’est qu’ils ont trouvé du sang dans la salle de bains… beaucoup de sang. Il y en avait partout. C’était assez impressionnant apparemment. Mais pas de corps.

Une valise volée contenant des membres humains, des corps sans lien apparent retrouvés dans des endroits abandonnés, une formule étrange et incompréhensible, un psychiatre un peu trop sûr de lui… À peine revenue dans sa Bretagne natale, Myriam va voir son quotidien devenir sérieusement mouvementé ! Avec sa nouvelle équipe, la jeune policière tente d’élucider ces mystères. Elle n’est pas au bout de ses surprises.

Le murmure de l’enfer

Elle découvre un homme au teint crayeux. Sa peau contraste avec ses lèvres bleues. Un morceau de tissu rouge lui encombre la bouche imitant, dans cette scénographie morbide, un excès d’hémoglobine. Ses yeux fixent le plafond immaculé.

Entre analyse psychologique et polar, vous ne sortirez pas indemne de la lecture de ce livre. Non loin des Gorges du Tarn, le manoir de la famille Granemi cache bien des secrets, des troubles, des perversions… et les cadavres s’accumulent !

Seule Christine, la jolie brigadière de gendarmerie, s’approchera de la vérité et conservera son intime conviction, dans la douleur d’un amour brutalement interrompu.

Du sang sur les blés

« À la dernière minute, il faillit renoncer. Il n’avait jamais donné la mort, mais avait appris à canaliser sa haine de toutes ses forces. En était-il capable ? Il entendit dans le fin fond de son cerveau : Tu peux le faire ! »

Dans le huis clos d’un village de Beauce, des ossements sont découverts par un cultivateur. Aussitôt avertis, le commissaire Damien Melville et l’inspecteur Vincent Campos, basés à Chartres, se voient confier l’enquête. Les rebondissements se succèdent au rythme des meurtres. Une chasse à l’homme s’organise, c’est le début d’un cauchemar éveillé…

Au même moment, Marie, journaliste à Paris, reçoit une lettre anonyme. Le doute s’immisce dans son esprit. Elle part sur la trace de ses origines sans se douter que son implication dans l’investigation policière va la plonger dans un univers sanglant. Les destins croisés dévoilent un lourd secret… Quelle abomination vont-ils encore découvrir ?

La Cinquième Allée

« – A-t-on su s’il y avait eu effraction pour arriver jusqu’à elle ?
– Aucune trace n’a été relevée… Mais vous savez, ici, à Bressac, personne ne se barricadait, il n’y avait jamais de problème. Le portail donnant sur le jardin était facile à ouvrir et d’ailleurs, je passais souvent par là pour retrouver Émilie, et même pour aller voir ses parents que j’avais rencontrés quelques jours avant pour préparer une petite fête pour son anniversaire… Dix-huit ans, c’est un moment important dans la vie et on s’y préparait depuis longtemps… Tout ça pour rien !! »

Bressac, sa mairie, son école, son église et ses allées… et puis Émilie, victime innocente de passions qui lui sont étrangères.
Trente ans plus tard, le mystère d’un crime non élucidé plane encore sur ce village paisible. Mais le coupable se dévoile par hasard, autour d’un personnage délirant et imprévisible.
Pour ménager les sentiments et faire taire les consciences, la vérité va-t-elle devoir replonger dans l’oubli ?

Qui a tué tante Rosa ?

« – Au fait, Madame, vous ne m’avez pas répondu. Pourquoi moi ?
C’est très simple, Carradec commence par un « C » et vous vous trouvez en tête de liste dans les pages jaunes et puis… Carradec, ça sonne bien breton ! »

Rosa Kerfanteau est décédée ! Âgée de 72 ans, tout indique qu’elle est partie de sa belle mort, et la famille attend avidement de connaître leur part de l’héritage. Mais chez le notaire, coup de théâtre : plusieurs jours avant sa mort, la vieille dame a clairement exigé qu’une enquête soit confiée à un détective privé afin d’éclaircir les causes réelles de son décès. Stupeur, consternation : l’héritage devra attendre !

Engagé par la famille, Yann Carradec a 6 mois pour enquêter et rendre ses conclusions. C’est à corps perdu qu’il plonge dans les affaires et secrets familiaux… Sous une apparente unité, il réalise rapidement que l’animosité et la haine sont de vigueur. Fils, sœur, petits-enfants, nièces et petits-neveux : tous sont suspects. Mais qui a bien pu tuer tante Rosa ?

Je vous rejoindrai

« Elle ressentit une petite douleur à la base du crâne, un clic, suivi d’un sursaut. Une vague de lumière l’enveloppa et…
C’est à ce moment-là qu’elle se souvint du nom. Elle l’emporta à tout jamais. Une ombre quitta la chambre, et, légère, se faufila dans le couloir, ouvrit le battant de la double porte donnant sur les escaliers et, toujours aussi silencieusement, se dirigea vers le premier étage. »

Dans une maison de repos, quelque part en Belgique, une pensionnaire est retrouvée morte, assassinée. Appelé sur l’enquête, l’inspecteur principal Le Goupil use de son flair et fait le lien avec de précédents décès en apparence naturels. Ainsi, un assassin rôde la nuit et brise la nuque de ses victimes… Portant décidément bien son nom, le limier aux sens aiguisés et à l’instinct presque animal traque le serial killer. Sa logique, pourtant, mettra en doute toutes ses convictions… Il n’est pas au bout de ses surprises !

Les zones sombres

« Ethan alluma avec son briquet un lumignon posé sur le sol et dirigea le faisceau de la lampe à l’intérieur de la première cage… C’est là, qu’ils virent le commencement de l’horreur… »

Katmandou, le 25 avril 2015. Aussi inattendu que destructeur, un tremblement de terre ravage la capitale du Népal. Profitant du chaos le plus total, des trafiquants ratissent les quartiers pauvres à la recherche d’enfants à kidnapper. Appelé à la rescousse en urgence, le détective privé Jérôme Rabatié rejoint l’équipe humanitaire de l’Union Française pour démanteler cet infâme réseau.

Des sommets de l’Himalaya aux tréfonds des bidonvilles, l’ancien flic affronte les pires engeances de l’humanité, dans les cloaques de l’horreur et de la perversion clandestine. Le temps leur est à tous compté…

La dernière maquette

« Il avait tout imaginé pour sa patiente : hospitalisation, voyage, envie d’arrêter la cure, coup de foudre amoureux, mais certainement pas un meurtre ! Soline ne pouvait avoir d’ennemis. D’ailleurs, elle n’avait jamais évoqué de relations ni amicales, ni amoureuses, tout juste quelques connaissances à l’école d’architecture avec qui elle travaillait sur certains projets. (…)
– Mon pauvre vieux, songea-t-il, tu t’es planté sur toute la ligne ! »

Épuisé par ses clients dont il partage la souffrance depuis 10 ans, Charles Marchand est un psychiatre solitaire installé dans les beaux quartiers parisiens. Un jour, sa vie bascule lorsqu’il apprend le meurtre de Soline Nobli, une de ses jeunes patientes. Il pressent, sans toutefois saisir pourquoi, qu’il n’est pas étranger à ce crime…

Zandi et Djorka, les deux policiers chargés de l’affaire, découvrent au fil de l’enquête que Soline n’était pas l’étudiante en architecture sage et appliquée qu’elle semblait être. Autour de la victime gravitent de nombreux personnages aux vies fracassées ; dans cet entrelacs de destins improbables, les enquêteurs se débattent de rebondissements en révélations, à la recherche de la vérité. Qui était Soline Nobli ?

Une livraison mortelle

« Armes au poing, ils approchent doucement, espérant avoir été dupés par une illusion, un effet d’optique de jeu d’ombres et de lumières. Malheureusement, arrivés tout proche, le cœur battant, ils constatent qu’ils ne se sont pas trompés. Des membres détachés de leurs corps sont éparpillés un peu partout. Des morceaux de chairs et de cervelles éclaboussent les murs. Les visages des victimes restent figés de terreur, masques de peur. C’est un désordre indescriptible. Ces gens partaient dans tous les sens, pour échapper à qui ? À quoi ? »

Rennes, 5 h 00 du matin. Dans un centre de dépôt, la police découvre un massacre d’une extrême barbarie. Sous le choc, les questions fusent : que s’est-il passé ? Un être humain serait-il capable d’une telle cruauté ?

Serge, un médecin de grande renommée, Vincent, un petit délinquant et Myriam, une séduisante policière n’ont rien en commun, jusqu’à ce que le destin les réunisse dans cette affaire sans pareille. Une chose est certaine, leurs vies ne seront plus jamais les mêmes…

Le sang des voyous

« Vincent continuait de sangloter en murmurant des mots incompréhensibles, tandis que Lucas, dont les tempes s’étaient fait envahir par la migraine, sentait une vague de douleur qui déferlait dans tout son corps avant de se fracasser dans son crâne… Il poussa un long cri de détresse, un cri sauvage, presque primitif, un cri qu’on ne pousse qu’une fois dans une vie de voyou… »

Cambrioler la sœur d’un mafieux moscovite est vivement déconseillé à qui souhaite couler des jours tranquilles. Lucas Webber et ses acolytes, des voyous aussi ambitieux que malavisés, s’apprêtent à en faire la douloureuse expérience…
Poursuivis par des hommes de main d’une cruauté sans égal, les comparses se lancent dans une cavale sanglante et pleine de rebondissements. La mort surgit parfois là où on ne l’attend pas !

Doté d’un rythme infernal et d’un fort accent marseillais, ce roman est à lui tout seul une épreuve à lire : haletant, sadique, il nous saisit et nous embarque d’un seul souffle jusqu’à son dénouement, forcément cruel.

Le virtuose

« 4 h 19… Bordeaux, sur les quais… Un entrepôt gardé par des vigiles, des chiens et un système de caméras de surveillance ultrasophistiqué. Soudain une explosion à moins de 100 mètres de la porte d’entrée. Une ombre furtive sur le toit qui descend le long de la paroi du bâtiment situé à l’opposé du lieu de l’explosion.
(…)
Un des diamants, parmi les plus rares au monde et qui doit prendre, le lendemain, le chemin des enchères lors d’une vente privée organisée à Bordeaux, vient de disparaître de la collection d’un particulier. »

Voleur chevronné, Eric Slater travaille secrètement au service de l’agence philanthropique Black Diamonds pour qui il dérobe les plus belles pierres précieuses du monde sans violence et en toute discrétion.
Mi-James Bond mi-Lupin, l’élégant brigand s’apprête à effectuer le plus beau casse de sa carrière : un collier précolombien, en or massif serti de diamants, qu’il prévoit de dérober lors d’une vente aux enchères. L’opération Tumaco est lancée ! Mais alors que le virtuose met son plan en place, il réalise qu’il n’est pas seul sur le coup : la Dark Opus, une puissante organisation nébuleuse, semble soudainement très intéressée par les bijoux anciens…