Thème : Romans

Ma dernière cavale avec le chien Marcel

« Malgré mes yeux fermés, une étrange sensation d’être observé, me gagna lentement. Je ne m’en étais guère préoccupé, pensant qu’il s’agissait d’un de ces rêves à demi éveillé, que parfois il nous arrive de faire. Cette présence, se faisait toujours plus insistante. J’ouvris donc un œil, puis rapidement le deuxième. Devant moi, un chien était assis. Je n’avais aucune crainte, mais plutôt l’envie de faire sa connaissance.
– Salut le chien, lui dis-je. »

Philippe Dubervil, fraîchement retraité, embarque dans un vieux side-car avec pour seul mot d’ordre : liberté ! Accompagné de Marcel, le chien qu’il recueille en cours de route, il entame un périple riche en rencontres et rebondissements. Un voyage en forme d’évasion qui fait battre le cœur et ouvrir tout grand les yeux.

Péripéties d’une vie

« Je posai cette question non sans penser à mon état ; en fait, à mon retard social qui me conduit à voir le mariage, le fait de fonder un foyer et celui d’avoir des enfants comme des faits sociaux qui relèvent du luxe et qui jamais ne se trouveront à ma portée. »

Son extrait de naissance ayant été corrompu en sous-préfecture, le narrateur de ce récit ne peut passer son baccalauréat… mais il ne baisse pas les bras pour autant. Commence alors une longue bataille scolaire, de cours du soir en démarches estudiantines, pour surmonter les obstacles à la reconnaissance de son savoir et enfin, renaître officiellement aux yeux du monde.

Cette amie-là

« Le nom était d’abord apparu sur sa messagerie personnelle : Patricia Bourdou souhaite vous inviter à rejoindre son groupe d’amis sur Facebook.
Un nom, surgi du passé, qui la propulsa immédiatement quarante ans en arrière, la confrontant brutalement à une montagne de souvenirs.»

Anne, professeur de français à Tulle, se prépare à une dernière année de cours paisible, ponctuée de séjours réguliers dans sa maison de campagne. C’est alors que resurgit Patricia, d’un lointain passé, une ancienne camarade disparue brutalement de sa vie. Patricia la séductrice, la prédatrice, a-t-elle autre chose en tête qu’une simple reprise de contact après tant d’années sans donner signe de vie ?

Morceaux de chairs

Sens dessous-dessus, dessus-dessous, comme le cheval qui rue sur ses antérieurs, alors cheval sauvage, sur ses postérieurs, alors cheval de cirque et de trait, quelle est la bonne ruade ? Tout se retourne comme un gant, comme une peau.

Avec une rage tout de verbe vêtue, l’auteur nous mène à travers ses textes dans un ballet endiablé de mots qui fait fi de la syntaxe et du classicisme établi. Le mot d’ordre : mettre en exergue la musicalité de la langue à travers un univers et des personnages surréalistes, qui explorent la grande aventure de la prose tout en nous communiquant un tourbillon d’émotions diverses et variées.

Une plongée en apnée dans le royaume des sens, le cœur et l’oreille ouverts à la poésie des sons.

Quand l’amitié est amour, merci la vie

« Quand soudain une petite main se glisse dans la main de Bertrand. Celui-ci tourne la tête vers sa droite, Marianne l’a rejoint. Sans dire un mot, il regarde les chaussures de Marianne. Des petits pieds dans des chaussures d’adulte. »

Un ouvrier déprimé par le départ de sa femme, un sans-abri bohème et son petit chien, une jeune orpheline trop souvent punie : rien ne semblait pouvoir lier un jour ces trois personnes et pourtant, l’existence prend parfois d’étranges virages… Ce roman plein de tendresse et d’émotion célèbre avec une poignante douceur le hasard et les miracles de la vie.

Black Mamba – Le Mamba Noir

« – Bonsoir, mon capitaine, excusez-moi de vous déranger si tard. Mais il y a un mort, ou plutôt une morte à l’hôpital « Les Pins ». Non, ils n’ont pas loupé une opération. C’est un accident, ou un suicide ou un crime, je ne sais pas. Le médecin-chef n’a pas voulu m’en dire davantage. Il a seulement insisté pour que je vous téléphone et pour que vous veniez aussi vite que possible. »

Une aide-soignante est retrouvée morte sur son lieu de travail. Convaincu qu’il s’agit d’une overdose, le médecin-chef de l’hôpital « Les Pins » décide de faire appel au capitaine de police, François de Fleurville. Habitué à ce type d’intervention, il est appuyé par le gendarme Lespine, l’adjudante-chef Jennifer et l’intarissable journaliste Joséphine. Une escouade hors pair dont les découvertes ne tarderont pas à les désorienter…

D’une plume vive et malicieuse, l’auteur nous entraîne ainsi au cœur d’une enquête insolite. Était-ce un accident, un suicide ou un homicide ? Une chose est sûre, ce polar saura jouer subtilement avec vos nerfs.

L’Orpheline aux cheveux blancs

« Il était une fois une jeune fille heureuse et insouciante… Vous y avez cru ? Moi aussi durant un temps j’y croyais il y a de ça des années mais à présent, je suis là, suante et haletante dans mon lit… Comment suis-je arrivée ici ? Je n’en sais rien mais j’essaie de comprendre… »

Alice est une jeune orpheline. Sa passion ? La boxe. C’est pourquoi elle enchaîne des combats de plus en plus risqués, mais qu’importe, jamais elle ne se défile. Certains y voient une forme de punition face à sa vie, alors que d’autres, sans trop comprendre, se contentent d’admirer le spectacle.

Parallèlement, évolue Jace, un jeune homme meurtri, désireux de fuir son quotidien. Ou plus justement son père. Déterminé, il quitte le foyer pour rejoindre Los Angeles avec deux de ses meilleurs amis. Un soir, alors qu’il déambule, Jace passe la porte d’un gymnase. Rien ne laissait présager ce qui allait arriver ensuite…

Voyage au bout de la vie

« Elle les vit arriver de loin et aussitôt, comme à l’accoutumée, d’étranges picotements se firent sentir au creux de ses paumes : pourquoi ce soudain malaise qui grandissait en elle à mesure qu’ils approchaient ?Et puis tout à coup, ils furent là, à ses côtés, un foulard leur masquant le nez et la partie basse du visage, un poignard à la main.Avant même qu’elle ait eu le temps de réaliser, les deux noirs s’étaient jetés sur elle, l’un la maîtrisant, l’autre lui pointant la lame sous la gorge… »

Au Sénégal, dans la tourmente des révoltes casamançaises, Irène et Pierre sentent le danger les guetter de toutes parts. On veut leur mort, ils le savent. Mais rien ne les arrêtera. Irène, loin de fuir les Africains, ira au-devant d’eux, affrontera ses ennemis et s’immergera dans la culture autochtone pour trouver enfin le vrai sujet de sa peinture. Pierre, de son côté, assumera jusqu’au bout sa mission auprès du président Senghor, tenant tête aux indépendantistes et parvenant même à négocier la paix avec les rebelles. Ce sera le moment pour eux, alors, de revenir en France afin de poursuivre leur carrière respective.

Mais le temps finit toujours par avoir raison des forces vives. Lorsque leur corps et leur esprit s’amoindriront, et que la mort se profilera, auront-ils encore les moyens de faire face comme ils l’ont toujours fait ? D’une plume riche, l’auteur a su construire une histoire palpitante et des personnages attachants, où l’amour, le pouvoir et la mort s’entremêlent.

Néfertary princesse rebelle

« Ah ! Me voilà responsable des orphelins, eh bien d’accord, je m’en occuperai, mais au moins ils me verront et ne passeront pas leur vie à attendre de connaître leur bienfaitrice. Concernant mes parents, j’avais été à bonne école avec ma tante, pas question qu’ils espèrent que j’oublie ce qu’ils m’avaient fait subir. Je sortis de mes songes quand j’entendis frapper à la porte de mon bureau. »

À douze ans, Néfertary fille de Néfermaât, Pharaon d’Égypte, s’installe dans le palais que lui assigne son père et devient responsable de l’orphelinat de Thèbes. Amoureuse de Nykarê, capitaine de sa garde, elle souhaite l’épouser. Confrontée au refus de Pharaon et décidée à vivre librement, la princesse fuit l’Égypte et trouve asile à la cour du roi de Nubie, où elle épouse son bien-aimé. Après sept ans d’exil, l’opportunité de revenir en Égypte lui est offerte…

C’est avec une plume vive et authentique que l’auteur livre ce récit palpitant, véritable voyage dans le temps sur les pas d’une jeune femme à la poursuite de son destin.

Dans une bulle de savon

« C’était il y a fort longtemps, en ces temps anciens où l’homme n’était pas encore celui que l’on connaît. Dans un pays dont j’ai oublié le nom. Nous l’appellerons « le jardin suspendu entre mer et ciel clair ». Un pays qui n’apparaît sur aucune carte, je sais juste qu’il n’est pas loin de chez chacun de nous. Tout le monde ne peut y accéder, les voyageurs perdus sur ce petit bout de terre ne savent pas quel chemin ils ont emprunté, ni ce qui a guidé leurs pas. »

Pour des raisons qu’elle ignore, Douce, jeune femme discrète et sans histoire, se retrouve jetée en pâture à une foule qu’elle ne connaît pas. S’ouvre alors une enquête sur les dessous peu reluisants du monde de la culture… Véritable cri de détresse étouffé sous une histoire d’amour, l’ouvrage présente avant tout un état de fait : la corruption et la manipulation mentale de masse.

Victoria Michaud livre sa vision du monde au travers d’un roman aux allures de fable et de satire. Empreint d’érudition et d’une rare lucidité, elle dessine avec malice les visages les plus familiers : l’ostracisme, le harcèlement, la torture mentale, la calomnie, l’obsession de visibilité via internet, et bien d’autres…

65 millions d’années

– Je m’appelle Walter Foster. Et comme je n’ai que deux minutes, je vais être direct. Je suis venu vous proposer de financer la mise au point du moteur du professeur Delonay.
– Vous vous foutez de qui là ? La NASA n’a même pas voulu recevoir mon père il y a cinq ans. Résultat, il a travaillé sans aucun moyen et il en est mort !
Foster baissa la tête quelques secondes.
– Je sais, dit-il doucement, presque pour lui-même. Je ne collaborais pas encore avec la NASA à cette époque. Si cela avait été le cas, tout aurait été différent.

L’humanité se confronte à l’épuisement des ressources naturelles de la Terre. Afin d’éviter son extinction, la NASA met sur pied le projet Jupiter : un programme visant à analyser le système de cette planète afin de permettre l’exploitation de ses richesses. Mais bloquée par la barrière technologique, l’agence spatiale américaine décide de faire appel à une certaine Sophie Blain. Fille d’un célèbre professeur en ingénierie spatiale et inventeur de la mésestimée « poussée Delonay », elle doit finir de mettre au point ce moteur unique, dont les réelles capacités sont encore loin d’être identifiées…

L’univers renferme ses mystères, et d’une mission de prévention à un voyage dans le temps, il n’y a parfois qu’un pas. Partie pour explorer les abords de Jupiter, l’équipe de Sophie Blain devra faire face à l’imprévisible jusqu’à remettre l’Histoire en marche et tenter de récréer l’origine du monde. Et si l’ère crétacée n’avait jamais pris fin ?

Des mots pour une vie

« Il ne me força pas la main, ou plutôt la parole. Il entama la conversation et elle se poursuivit une heure durant sans que je ne m’en rende compte. Je ne voulais pas parler de l’incident des jours passés, je n’étais pas prête, c’était trop tôt. Moi-même, je ne comprenais pas ce qui était arrivé, il m’était impossible de mettre des mots dessus. Au cours de notre échange, je lui ai parlé de moi, de ma vie en général. J’avais l’impression de m’égarer, de mentionner des faits sans aucun rapport les uns avec les autres. Mais il parvint à tisser une toile sur laquelle il m’écrivait. »

Direction le sud-est de la France, où vit Francesca. Nous prenant à témoin dans un récit étonnant de justesse, elle se raconte sans pudeur à travers son quotidien, ses voyages riches de rencontres bouleversantes et ses réflexions sur la vie, sa vie… et peut-être un peu la nôtre, aussi.

Menée par la plume sensible de l’auteur, «Des mots pour une vie» est une histoire aux allures de journal intime pleine d’humanité et de réalisme sur l’évolution de cette jeune femme déterminée à tirer le meilleur parti de son existence. Ses dilemmes et questionnements quotidiens susciteront une irrésistible adhésion du lecteur.

Avis de tempête

« Des nuages noirs se poursuivaient encore dans le ciel, masquant et découvrant tour à tour la lune. Il avait fallu allumer les lampes dès cinq heures. Et chacun, se sentant écrasé par les éléments, se terrait dans son appartement ou sa chaumière, calfeutrant ses fenêtres et cherchant un peu de chaleur près de la cheminée ou à l’abri des fauteuils. Les chats se tapissaient sous les couvertures, les pattes repliées dans leur épaisse fourrure. Les gens du pays le savaient : les dieux en colère rugissaient, des dieux dont on ne connaissait plus les noms. Un mauvais moment à passer en Bretagne. »

1975, dans la Bretagne profonde : Juliette découvre le métier d’enseignante dans une petite école catholique qui se trouve être le théâtre de bien des mystères… La police est sur l’affaire. Tenace et intelligente, la jeune femme entreprend une enquête qui va la mener sur des terrains insoupçonnés, et parfois très personnels.

À la fois enquête policière et roman d’apprentissage, «Avis de tempête» est un roman polymorphe. Alliant le tragique et le tendre, le mystère et l’humour, le suspense et l’intime, l’auteur embarque son lecteur dans une intrigue palpitante sur fond de religion et de tradition.

Comment j’ai rencontré l’Empereur

« Mais que contenait donc cette antiquité ?
Sans trembler, je posai mes mains sur le couvercle et le soulevai, d’un coup d’un seul ! Je ressentis alors comme une immense aspiration… D’une puissance… D’une force… Impossible de lutter. Je venais d’être happé par le vide. Tout allait très vite. Je me retrouvai dans le noir absolu.
Voir les murs bouger après trois bouteilles de whisky ferait penser à une nuit dans une nurserie à côté. »

Au détour d’un pari douteux fait lors d’une soirée trop arrosée, le gouailleur Sébastien Perroni se retrouve devant un mystérieux coffret aux propriétés pour le moins singulières : à peine en a-t-il soulevé le couvercle qu’il se retrouve projeté en pleine bataille napoléonienne ! Notre héros désireux de rentrer chez lui n’est pas au bout de ses surprises… car l’Empereur n’est pas loin.

Voyage dans le temps aux atours rocambolesques et narré par un héros attachant à la langue bien pendue, ce récit mêle humour désopilant et sens aigu de la péripétie invraisemblable.

On niera tout au paradis

« Il y a certaines choses que l’on ne devrait pas ouvrir.Mais la nature humaine est ainsi faite que la curiosité et le désir de savoir ont souvent raison de la sagesse et de la prudence.
L’ouverture de documents confidentiels, de certains mails ou de son cœur peuvent parfois avoir des conséquences aussi redoutables que la décision de Pandore.
En soulevant le couvercle de sa boîte, qui contenait tous les maux de l’humanité, elle fit se répandre au loin le vice, la tromperie et l’orgueil.
Et depuis ce jour, mille calamités entourent les hommes de toutes parts. »

Paris, janvier 2016. Hugo, un journaliste désabusé, reçoit d’un lanceur d’alerte des documents confidentiels laissant penser qu’un homme politique français détient des comptes offshore. Ses investigations vont le conduire au cœur de la prochaine élection présidentielle et bouleverser son quotidien.

D’une plume aussi fine qu’affirmée, l’auteur nous plonge ainsi dans une intrigue politico-financière. Qui menace Hugo ? Pourquoi ? Imbriqué dans cette affaire compromettante, le journaliste se confronte aux élites… au péril de sa vie.

L’Ordre : L’Alliance

Le couloir noir dans lequel il se trouvait était faiblement éclairé par deux torches rouge vif accrochées sur les deux murs qui entouraient l’entrée de la salle. Il leva la tête et lut les inscriptions anciennes gravées sur le tympan de la porte. Elles disaient : « L’intégrité et l’honnêteté sont les deux voies à suivre vers la lumière. »

La guerre fait rage entre les Hommes-Lézards et les Hommes depuis de nombreuses années. Tapi dans l’ombre, l’Ordre décide d’intervenir au grand jour pour rétablir l’équilibre sur le continent. Susvalka, jeune membre de cette organisation, accompagné de son fidèle Loup Blanc Vaara, sera-t-il à la hauteur de cette mission ?

Au fil de pages, nous plongeons ainsi dans un univers chimérique basé sur des mythes et légendes dont les batailles sanguinaires ont meurtri la terre des ancêtres de Susvalka.

De Tolkien à Rowling, Roman Anoz a toujours été profondément attiré par l’univers fantastique. Ce monde imaginaire lui a permis de s’évader et de grandir. «L’Ordre : L’Alliance» est son premier roman aux Éditions du Panthéon.

Je cours toujours dans les aéroports

« Elle avait pris un bus tout plein de couleurs. Dans les bus d’ici, les gens montent pour vous vendre toutes sortes de choses. Parfois délicieuses, parfois loufoques. Les gens se parlent, échangent, sourient, toujours. C’est étonnant de saisir tant d’humanité dans notre société égoïste et personnelle du nouveau siècle. Peut-être que là, au bout du monde, ça existe encore, ce que l’on est en train de perdre. Peut-être que Lucie s’illusionne mais peut-être qu’il est là, le sens. »

Perdue dans une vie où elle ne distingue plus ses propres contours, Lucie part se perdre au bout du monde pour se retrouver elle-même. Un aller simple en poche, elle quitte sa Bretagne natale pour s’envoler vers l’Amérique du Sud et découvrir ses trésors, bien souvent humains… Car les souvenirs et les paysages les plus précieux sont ceux que l’on possède en nous, et ils se présentent là où l’on s’y attend le moins.

Odélia Floyd et la légende des huit pierres

« Jamais dans le passé je n’avais vu ni vécu une chose pareille, je n’avais jamais subi ce type de phénomène. Ma tête me torturait, mon estomac faisait des siennes, m’emmenant dans divers lieux, changeant d’époques, de saisons, de moments de la journée, j’étais perdue mais toujours dans le passé. Mon année ne se trouvait plus sous mes pieds. Cela aurait pu durer longtemps ou peut-être quelques secondes, quoi qu’il en soit c’était une éternité. »

Odélia Floyd est une jeune fille qui découvre son pouvoir : voyager dans des dimensions parallèles. Suite à son premier saut dans le temps, Odélia se voit associée au Cercle des Huit pierres, un groupuscule créé par son grand-père, également voyageur du temps et de l’espace. Elle s’aperçoit ainsi que son destin est lié à une légende ancestrale et qu’elle va devoir s’emparer de ses nouvelles capacités pour conquérir le cœur de tous.

Ludivine Casemode nous livre un récit passionnant tout droit sorti de son imagination foisonnante. Cet ouvrage de fantasy ouvre un nouveau monde où tout est possible…

Dormir avec les anges

« Quelques jours plus tard le verdict tombe, comme un couperet : l’ensemble du système lymphatique des mamelles est atteint, les boules vont se reformer, grossir, saigner. Tu ne guériras jamais.
À plus ou moins longue échéance, tu es condamnée. Je m’effondre.
Je n’ai jamais connu de cas similaire auparavant, d’attente aussi atroce. Comment vais-je le vivre ? »

Lors d’un séjour à Londres, une femme a le coup de foudre pour une petite femelle teckel aperçue dans une vitrine. Elle la ramène à Étretat, où commencera une belle histoire aux accents tragiques…

Sa plume met ainsi en lumière l’histoire d’un lien indéfectible : celui d’une femme et son chien. Un récit émouvant, passant du point de vue de l’animal à celui de sa maîtresse, qui révèle la joie mais aussi la souffrance engendrées par cet attachement inaltérable.

Le Lien

« Éric était un très bel homme, à 35 ans, il possédait ce charme très viril d’un homme sûr de lui… Le magnétisme étrange que dégageaient ses yeux d’un bleu lumineux, et son pouvoir de séduction lui ouvraient bien des portes. Son sourire irrésistible auquel peu de femmes résistaient ou plutôt n’avaient pas envie de résister lui donnait un atout de plus dans la vie. Mais au fond de son âme, il avait enfoui un lourd secret qu’il tentait parfois d’oublier. »

Léa, Sylvia, Martine, Myriam et Odile. Cinq femmes, cinq vies et un seul point commun : Éric. Un homme qui ne s’attache à personne et use de son charme pour se jouer des femmes qu’il rencontre. Encore plus égoïste qu’il n’est séduisant, il n’a jamais prononcé une parole sans quelque projet malhonnête. De toutes celles qu’il a conquises, il n’en existe aucune qui n’a eu à s’en plaindre, quoique…

Est-on conscient du pouvoir que l’on renferme lorsque l’on est centré sur soi ? Et jusqu’où pouvons-nous aller par déshonneur ? Les récits de ces femmes vous livreront ce que vous n’êtes pas encore prêts à découvrir…