Thème : Romans

Pour autre chose

« Pour tout être vivant, sa vie est un mystère à vivre, sa vie avec pour échéance sa mort. Nous évoquions alors le pourquoi de ce léopard retrouvé mort dans les neiges éternelles du Kilimandjaro. Allait-il consciemment chercher sa mort dans ce milieu qui lui était hostile ? Ou sa curiosité pour découvrir autre chose que sa condition et celle de ses congénères l’a-t-elle mené à sa mort ? Chaque humain a-t-il des limites à ne pas franchir ? »

Mady, grand reporter, est terrassée de chagrin à l’annonce du décès de Kevin Mas, cascadeur vedette qui fut son amant et véritable amour.
Il était au sommet de la gloire, demandé par les plus importantes sociétés de production de films pour la témérité de ses cascades. Durant leur idylle, elle avait peu à peu découvert la personnalité complexe de cet homme qui avait un compte à régler avec la mort. Cascadeur par défi, ses motivations reposaient sur tout autre chose que l’argent et la notoriété. Il exprimait sa forte personnalité en posant des questions sur de grands thèmes d’actualité et en pourfendant la pensée unique avec des arguments politiquement très incorrects.
Leurs dialogues complices sont aussi l’occasion de dresser les portraits de personnages réels, exceptionnels ou imaginaires et minables, décrits sans complaisance…
Des sentiments, des découvertes, de l’érotisme, un mystère. Telle fut leur histoire qu’elle raconte…

Rhapsody in Grey

« Rhapsody, c’est son chien, un gros gris, un braque de Weimar, celui qui lui donne sa force mentale. Tous les jours, elle et lui marchent environ 5 km pour aérer les quelques neurones de Margot, comme elle se plaît à le penser. Elle n’a pas eu une vie facile jusque-là. »

Margot aime par-dessus tout son chien, Rhapsody. La jeune femme va faire la rencontre de deux hommes que tout oppose, l’un sincère et bon, l’autre menteur et manipulateur… deux hommes qui vont se disputer son cœur. Prise malgré elle dans les rouages d’une enquête policière dont les enjeux la dépassent, Margot va se retrouver face à un choix : saura-t-elle faire le bon ? Il en ira de la vie de Rhapsody, et pas seulement…

Hippolyte et la Princesse Mérovingienne

« – Eh bien, oui, le tissu a été analysé, et il est ancien, très ancien même, de l’ordre de 1 500 ans, sans qu’on puisse préciser davantage.
– Ce qui veut dire ?…
–  Ce qui veut dire que c’est de l’époque de Clovis, autour de l’an 500, donc mérovingien.
–  Enfin, nous y voilà  ! s’écria Hippolyte. Et alors, maintenant que nous connaissons l’époque, que fait-on ? On arrête les fouilles ?
A vrai dire, notre héros ne savait pas ce qu’il souhaitait lui-même. »

Imaginez ! Vous coulez une vie paisible dans le Var jusqu’au jour où votre quiétude est interrompue par l’arrivée d’un couple sympathique de professeurs d’histoire et d’archéologie. Ceux-ci viennent en effet vous convaincre que votre propriété dissimule un trésor ! C’est ce qui advient à notre héros en semi-retraite, Hippolyte Bousquet, dont l’emploi du temps consistait en quelques travaux des champs, repas roboratifs et relations campagnardes. Sa vie, mais aussi son terrain, vont être bouleversés par la recherche du trésor, source inépuisable de péripéties et de surprises.
La collision des deux mondes, paysans versus intellectuels, rats des champs contre rats des villes, est au cœur de cette fable narrée avec une verve toute pagnolesque. Elle s’accompagne d’une petite leçon d’histoire de France, en particulier sur nos ancêtres les Francs.

Témoin de vie

« J’aime mon travail. Mais au fil des années, je suis las et fatigué. Aujourd’hui, j’ai un objectif en ligne de mire : rendre ce carnet à Clara, cette femme rencontrée brièvement dans le train, avec cette sensation qu’une fois retrouvée, ma vie changera. Enfin, je l’espère…»

Patrick est un célibataire au mal-être latent, toujours par monts et par vaux. Il découvre par hasard dans un train le journal de Clara, une mère de famille heureuse, jusqu’au jour où l’annonce d’un cancer a bouleversé son existence. Dans « Témoin de vie », Marguerite Quillet nous raconte une rencontre décisive, deux personnages que tout sépare et dont les destins vont finir mystérieusement liés…

Les chevaux sauvages – Tome 1 : Une sacrée famille

« On passait des journées à rire et à monter nos juments de concours. Nous les avions reçues toutes les trois en même temps, comme cadeaux d’anniversaire. »

Noa et Alycia sont deux sœurs vivant dans un centre équestre. Elles adorent passer du temps avec leur meilleure amie, Samantha ; toutes les trois sont inséparables. Mais un tragique accident va tout changer, bouleversant le cours de leur vie, et elles seront amenées à découvrir des secrets de famille depuis longtemps enfouis.

La fille de la mère

« Ce n’était plus la petite fille spontanée, pleine de vie ou de rancœur, qui animait ce foyer de ses rires, de ses colères, de ses bouderies, de ses remarques acerbes. Plus rêveuse, moins expansive, elle ne venait plus se blottir tendrement dans les bras de sa grand-mère. Carmen sentait qu’une autre Anita émergeait sans pouvoir mettre de mots sur cette métamorphose. »

Née au cœur de la médina de Tanger dans les années cinquante, Anita n’a pas toujours eu la vie facile. Dans cette ville alors à son apogée où les cultures arabe, juive et chrétienne se côtoient en toute harmonie, la petite fille va devoir surmonter de dures épreuves pour enfin se transformer en une jeune femme épanouie.
Après les récits de ses périples à vélo, c’est aujourd’hui une autre traversée qu’entreprend Françoise Dion. Inspirée par le récit d’une amie, elle a rejoint Tanger pour s’imprégner de l’atmosphère de la ville. Entremêlant avec habileté histoire et souvenirs, elle crée pour le lecteur une aventure rythmée, humaine et tendre.

Achnou

« Tu quittes ton pays pour poursuivre tes études ou pour travailler.
Tu as un bagage : ta double culture, ta langue maternelle et le français, appris au pays, ton histoire, ta personnalité et tes rêves de jeunesse. »

Sahibouna partage avec le lecteur ses souvenirs se déroulant tantôt en France, tantôt au Maroc. Cette ode à la tolérance, écrite en français, est soulignée de quelques mots en darija, l’arabe parlé au Maroc, pour le plus grand plaisir des curieux !

Marthe et Mathilde

« Marthe et Mathilde
Se revirent…
Se revirent…
Et se revirent encore et encore,
Avec le même bonheur… »

L’impact de la maladie sur une vie peut être important, mais il n’est pas toujours celui qu’on attend. Il est question ici d’une rencontre entre deux femmes, une patiente, artiste, et son médecin. Au fil des entrevues se noue une relation particulière, tout en délicatesse.

Alerte rouge en PACA

« Ce soir, la priorité est de préparer la cahute. Il avait pensé à rentrer une petite réserve de bois sec. Chauffer l’endroit, car même s’il ne fait pas très froid, l’humidité est glaciale. Il regarde le ciel à travers son pare-brise. Il tombe des cordes. Je vais être trempé, pense-t-il. À ce moment précis, il se demande s’il ne serait pas plus prudent de rentrer chez lui, bien au sec. »

Premier coup de sifflet pour signifier le début du premier match qui oppose Monaco à Nice dans ce tournoi de U13. Les joueurs, les entraîneurs et les familles sont tous dans le gymnase malgré une météo affreuse quand retentit la sirène d’alerte de la ville… Du tournoi de foot tournant au cauchemar à l’aéroport de Nice cerné par les eaux d’une Méditerranée furieuse, le lecteur voyagera dans tout le sud-est de la France aux côtés de ceux qui fuient la catastrophe.

Ma fille

« Mais elle a l’âge et c’est notre coutume ! Ça fait partie de notre culture et d’ailleurs, c’est ça qui fait l’honneur de la femme auprès de son mari et notre religion la recommande aussi, mon frère, car cette pratique dure depuis des siècles. »

Bintou, une jeune fille vivant en France avec ses parents va, pour la première fois, rendre visite à la famille de son père en Guinée. Lors de ces vacances, elle est confrontée à des traditions locales qui provoquent de nombreuses disputes autour d’elle. Sera-t-elle épargnée ou la forcera-t-on à être excisée ?

L’amour est-il soluble dans les eaux glacées du calcul égoïste ?

« En fait, le véritable choix dans la vie n’est pas celui entre des idéaux, mais bien celui entre des moyens. Le mauvais choix des moyens interdit d’atteindre l’idéal. »

En quatorze chapitres, correspondant aux étapes d’un voyage en voiture, le narrateur, chef d’entreprise soumis à des difficultés judiciaires aussi brutales qu’imprévues, s’interroge sur son parcours professionnel, ses motivations profondes mais aussi sur ses relations avec les femmes.
S’est-il fourvoyé ? Ce chemin de croix est pour lui l’occasion d’une « auto » -analyse au regard de quelques « questionnements » majeurs de notre époque.
L’auteur, par profession, côtoie, depuis longtemps, le monde des affaires qu’il décrit dans sa complexité, mais toujours avec distance et humour.

Mariage par correspondance

« Je crois que durant ton séjour, nous nous sommes mieux connus. Et c’est la raison pour laquelle je t’ai fait une proposition de mariage. Pour moi, les paroles que je t’ai dites, face à face, les yeux dans les yeux, sont sacrées. Maintenant, j’attends impatiemment ta décision. »

Siriman, Français d’origine malienne, rencontre et tombe amoureux de Nagnouma, qui le lui rend bien. Dans ce roman, l’auteur nous emmène explorer les effets de leur culture et de leur environnement social sur deux personnes qui s’aiment… L’endroit où ils ont grandi sera-t-il un obstacle à leur mariage, ou en sera-t-il le ciment ? L’amour est-il une question d’idées ? Vous le découvrirez entre les lignes…

La vieille dame et l’enfant

« Julie sourit. Ses pensées l’amenèrent au jour où elle avait découvert qu’elle était enceinte et où, finalement, elle avait pris la décision de garder le bébé qui avait squatté son ventre sans permission préalable. »

Julie est une mère célibataire qui élève seule son fils Jonathan. Le petit garçon est très intelligent et mature pour son âge, mais il fait aussi des cauchemars répétitifs et a des idées qui paraissent un peu farfelues à sa maman. Suite à un déménagement, des rencontres fortuites au premier abord vont pourtant apporter à cette dernière des éclaircissements mais aussi bouleverser toutes ses croyances.

Le livre d’Émile

« Rien de plus régénérateur pour Émile que de se promener sur la berge, le long des maisons grises et des quais animés. Le regard se charge alors de réalité, plus enivrante qu’un opium. »

Dans ce nouvel opus, l’auteur explore l’époque de sa jeunesse, plus particulièrement de son adolescence, qui se déroule en province belge francophone, pendant les glorious ou swinging sixties.
Au vu de sa propre expérience et de sa vision de la vie, le narrateur, à l’âge des bilans, s’interroge sur son passé et son cheminement, dans ce récit dense aux multiples angles d’approche, en introduisant des personnages semi-fictifs de la classe ouvrière et moyenne lesquels ne déparent nullement la réalité et l’authenticité du témoignage serti de pointes d’humour et d’irrévérence aux modes ainsi que de multiples allusions littéraires et musicales.
Jean-Hubert Mabille ne se lasse pas d’observer ses semblables et de les dépeindre d’une plume aussi sensible que reconnaissable dans ce roman foisonnant qui s’inscrit dans une saga familiale toujours à prospecter, située dans la chaîne et la trame du temps.

Caprice et Conséquences

« À ce moment précis, je devais avoir le regard figé et un sourire à peine dessiné, un peu comme dans ces films où l’on devine que le héros est sur le point de dégainer quelque chose d’extraordinaire ou de complètement insensé ; en ce qui me concerne, prenez plutôt la deuxième option… »

Ambroise Lemarly aime son métier, ses voyages et sa vie provinciale. Mais un jour, au retour d’un voyage d’affaires, il décide pour pimenter son quotidien devenu ennuyeux de se faire passer pour l’un des clients attendus par un chauffeur dans le hall d’arrivée de l’aéroport… Une mascarade qui va l’entraîner dans une folle aventure entre Bergame, Genève et Paris, et qui va bien vite le dépasser.

Mémoires d’hommes

« Nous décidâmes que chacun, moi y compris, pourrait exprimer son opinion personnelle sur les récits et les anecdotes relatés. Ils feraient également l’objet de développements philosophiques ou de précisions historiques. Chacun pourrait commenter ou compléter les sujets abordés, ajouter des souvenirs personnels et laisser libre cours à son imagination. »

Pierre, Jean, Martin et Martial se sont assis et ont discuté beaucoup, longtemps. Ils ont parlé de tout et de rien, comme on dit. Ils ont évoqué l’enfance, l’éducation, l’amour et l’amitié, le travail et les idéaux, honorés ou bafoués… Ils parlent de l’actualité, des injustices, des progrès de l’humanité. Ils se confient ce que la vie leur a fait, ils exposent ce qu’elle leur a laissé. D’où ils viennent, où ils sont arrivés et où ils vont encore aller. Quatre hommes qui se dévoilent sans fards et éprouvent leurs expériences individuelles au barreau de leur communauté non virtuelle.

Ainsi Bouddha me donna un fils

« Notre histoire était peut-être écrite à l’avance, mais je ne me doutais pas qu’elle se matérialiserait un jour. Improbable pour moi à une époque de penser vivre une aventure si incroyable au-delà des mers. Mais nos vies nous ont menés sur un même chemin. »

Diane est une jeune fille qui abandonne brusquement ses études en cours d’année. Son destin la projette du jour au lendemain dans le monde des mannequins. C’est son parcours qui est relaté ici, du début de sa carrière à sa passion pour le Tibet, en passant par sa quête de spiritualité et la fondation d’une famille peu conventionnelle. Diane nous entraîne sur les chemins de sa vie, arpentant les pays et les années avec bravoure.

Quand l’amour rencontre le bonheur

« Ils ne voulaient pas parler trop fort, car ils savaient que les regards et oreilles de la salle étaient tous dirigés dans leur direction, attentifs à leurs moindres faits et gestes.
Pas de maladresse alors.
Mais quand l’amour converse avec le bonheur, tout va bien. »

La quête du bonheur est universelle, même si elle est pour chacun différente. Il n’est pas toujours facile de rencontrer l’amour et de faire fonctionner une relation, mais le narrateur s’y emploie de toutes ses forces, tirant les leçons qui s’imposent des péripéties qu’il rencontre.

L’éclosion

« Elles marchent sur le gravier qui crisse sous leurs pas. Cela fait dix minutes qu’elles n’ont pas échangé la moindre phrase. Parfois, un silence comme celui-là peut durer plusieurs heures. Il est déjà arrivé à Laura de partir en larmes et de s’enfermer alors dans son studio au septième étage. Puis d’écouter le téléphone sonner plusieurs fois avant que la voix d’Amy ne résonne sur le répondeur… Mais aujourd’hui, Laura n’a pas envie de se sauver. Au contraire, elle a besoin d’Amy, elle a besoin de lui parler. »

Laura est étudiante en Lettres Modernes. Au hasard d’une visite chez une voyante, elle apprend que sa mort est imminente et commence à remettre en question différents aspects de sa vie, tout en poursuivant l’écriture de son premier roman. Troublée depuis longtemps par un secret de famille, elle retourne à son village natal en espérant y trouver des réponses. Les surprises sont parfois douloureuses et, pour surmonter doutes et remises en question, elle se laisse guider par sa ravissante meilleure amie, l’espiègle Amy.

Le manège

« Il parla donc enfin du Manège, qu’il désigna comme son chef-d’œuvre, « véritable clé de voûte de l’activité économique de toute la région ». Il fit de curieux gestes, de ceux-là que la passion ne contrôle pas, en commentant la forme de sa fabuleuse couverture. Il récita avec délectation ses dimensions monstrueuses, son coût gigantesque, et la durée « inadmissible » de sa construction. Il vanta le soin extrême apporté à la conception de sa structure, énuméra ses multiples fonctions. »

2040, Europolis. Cette ville du sud de la France apparaît comme une oasis de paix dans son pays en proie à de graves tensions économiques et sociales. Théo, écolomiste chargé par l’Europe d’identifier les ressorts tenus secrets de cette étonnante réussite, subit dès le début de sa mission une tentative d’assassinat, et découvre qu’il n’est pas le premier à qui cette cité porte malheur… Qui est derrière tout cela ? Et que se passe-t-il au Manège, cette énorme entreprise vue par tout un chacun comme le fer de lance de l’économie locale ?