Thème : Romans

Le Théâtre des Aveugles

« Personne ne s’est probablement jugé auparavant avec autant de colère que moi. Les supplications d’un homme fantôme et le dernier sourire d’un assassin insufflent la direction de mon futur dans la même pièce. Je ne sais pas si ce sont les dernières années de ma vie, mais je poursuis mon chemin comme n’étant rien pendant toute cette durée. Le désir de destruction et de disparition grandit davantage chaque jour en moi et je remplis à la lettre les désirs insatiables de mes pensées. »

Un homme observe et écrit la vie qui glisse autour de lui. Il cherche à comprendre le sens de l’existence, celle des autres et de la sienne. Dans une écriture ciselée, acerbe et sublime, il nous fait comprendre que personne ne pourra être sauvé, et qu’il en est ainsi. Grave, absurde, éprouvant, son récit nous entraîne dans les abîmes de l’esprit humain.

Le Maître de l’humain

« Les fantômes des cinq dépouilles me hantaient. Que dis-je ! Ceux des dix corps emportés dans un jeu d’une indescriptible cruauté ! La complexité des scènes lugubres s’opposait définitivement à la culpabilité d’un seul. Tout conduisait à penser que des hommes à la solde du Temple ou de Terria perpétraient l’occision du menacé pour, ensuite, être fendus eux-mêmes par un tiers. Cette version me plaisait. »

An 1250. Ysabel, l’épouse de Jehan de Malfort, met au monde trois enfants. Deux des nouveau-nés sont peu après cruellement assassinés. Le troisième, Bertrand, échappe au massacre. Pour une raison incompréhensible, Jehan annonce à sa femme la mort des trois enfants. Terrassée par le malheur, Ysabel se suicide.
Vingt années plus tard, Jehan décide de confier l’éducation de Bertrand au moine Terria de Torilite. C’est ainsi que l’ecclésiastique et le fils du seigneur vont parcourir les terres de Malfort durant deux années. Mais leurs fréquentes disputes mettent à mal leurs relations et inclinent Bertrand à se défier de Terria. Qui plus est, le moine annonce des morts atroces à des gens et les prédictions se réalisent, presque immédiatement. La curiosité de Bertrand est alors piquée : qui est vraiment Terria ? Le moine est-il un meurtrier ? De sombres affaires demandent à être mises en lumière…

Apparition

« Ce dialogue me laissa étourdi, sans voix. Je regardai encore cette figure emblématique et balayai du regard notre entourage. Nul ne faisait attention à nous, tous les regards restaient figés sur Notre-Dame. »

Victor Hugo est de retour au XXIe siècle. L’incendie de Notre-Dame de Paris l’a fait réapparaître. Dans un long échange avec le narrateur, il fait part de ses désirs de voyages et de rencontres. Il fera les deux, pour notre plus grand bonheur.
À la croisée du fantastique et du réel, ce roman captivant nous entraîne à travers l’œuvre d’un Hugo, tout à la fois humain et hors de toute mesure.

ARTÉMISE, voyage et mort du jeune Alfred Simon (1833-1854)

« Plusieurs jeunes marins, de dix-sept à vingt ans,
Montaient comme des chats enjamber une vergue,
Occupés aux huniers, cacatois, cabestans,
Ils mettaient, en chantant, leur courage en exergue.

L’un d’eux portait un titre, il en était si fier :
Aspirant de marine, et de deuxième classe !
C’était Alfred Simon. « L’honneur que l’on conquiert » :
Il voyait dans son sort le meilleur que Dieu fasse. »

1854 : Artémise, corvette de guerre, part de Cherbourg pour livrer bataille au Kamtchatka pendant la guerre de Crimée. À son bord, Alfred Simon, jeune aspirant de seconde classe plein d’avenir, effectue sa première grande traversée et rencontre tous les déboires qui l’accompagnent : tempêtes, maladies… Il mourra lors de ce voyage initiatique, et Artémise retrouvera le port de Cherbourg un an plus tard.
Une aventure épique, narrée en alexandrins, dans la fin d’un dix-neuvième siècle tumultueux.

Un Parfum de gougères

« Comme tous les ans, deux jours avant Noël, je prends une année. Quand j’étais enfant, je n’avais pas de cadeau. À l’orphelinat, on me donnait une orange et une écharpe en guise de cadeaux de Noël. On me disait : « Tu as de la chance, sois contente, tu reçois deux cadeaux, un pour Noël et l’autre pour ton anniversaire. »
Depuis que je suis seule, je continue à me fêter. J’achète une demi-bouteille de champagne au Markett, histoire de m’offrir quelque chose. Je me cuisine un petit plat. Je me sers une coupe, elle me fait la soirée. »

2031 : dans un monde où les saisons font désormais ce qu’elles veulent, Marie, douce retraitée aux rides pleines de sourires, raconte une année dans sa maison de campagne. Une existence peuplée de parties de scrabble et de gougères au fromage au goût de souvenirs, de couleurs et de nuages, de mélancolie, d’amitié et de tendresse. Une tranche de vie prise dans un hiver ensoleillé, qui appelle à la sagesse et à la foi après les tempêtes de « La neige assourdit mes tapages » (Éditions du Panthéon, 2019).
Annie-Gisèle Cousty a été enseignante de danse classique et directrice d’une salle de théâtre. Elle est également l’auteur de « La Fille du miel » (Éditions du Panthéon, 2017).

Le Lien !

« Les larmes aux yeux, Méline ne pouvait s’empêcher de penser qu’il y avait eu une ombre ce jour-là. L’absence de sa mère. Pourquoi n’était-elle jamais revenue ? Elle ne pouvait pas effacer sa famille comme on gomme un dessin ! Méline ne pouvait pas oublier les dernières paroles qu’elle avait prononcées et elle s’en voulait encore tellement, après toutes ces années. Elle était si jeune et stupide, mais elle ne pouvait pas changer le passé. Ses copines se disputaient aussi avec leur mère et elle ne partait pas pour autant ! »

Janice disparaît un soir, laissant sa famille désorientée et anéantie par l’espoir tenace de la voir revenir un jour.
Devenue SDF, Janice croisera le chemin d’un mystérieux inconnu au passé douloureux, avec lequel elle nouera des liens indéfectibles et complexes. Mais elle devra retrouver ses enfants, qui partagent avec elle un fardeau terrible  : une maladie héréditaire qui les met tous en danger… Seulement, quelque chose empêche ces retrouvailles impératives  : Janice est amnésique.
L’amour est omniprésent dans ce roman où il guide en permanence les personnages sans qu’ils en soient conscients.

RIAD – Un Éden pour mon frère

« Nous profitons juste du moment présent. Simplement.
Le bonheur, c’est simple. C’est comme un verre d’eau quand tu as soif.
Tu apprécies ce moment pour ce qu’il est. »

Entremêlant fiction et réalité, Abdenbi Rachadi retrace et poursuit l’histoire de son frère disparu, lui rendant ainsi un vibrant hommage. Il souligne, avec des mots lumineux, la sincérité de l’amour qui unit les membres d’une famille, qu’elle soit de sang ou de cœur !

Une année prodigieuse

« Dès le jour de mon arrivée, j’avais demandé à Didier d’aller plonger dans un cénote.
Au Mexique, et plus précisément dans la péninsule du Yucatan, on trouve des cénotes.
Ce sont des gouffres en partie remplis d’une eau douce, cristalline. Au temps des Mayas, les cénotes étaient des puits sacrés qui caractérisaient l’inframonde. Des offrandes et sacrifices y étaient même pratiqués.
Aujourd’hui, plonger dans un cénote, c’est un peu comme s’imaginer nager dans les entrailles de la Terre. Paniquant et drôlement excitant à la fois ! »

César, ingénieur fraîchement diplômé, commence une année sabbatique pour aller rendre visite à ses amis. Il donne des cours de plongée pour financer ses voyages autour du monde, du Mexique à la Polynésie en passant par Toulouse, sa ville natale. Une aventure humaine et mouvementée, une histoire d’amitié et de construction personnelle qui emmèneront notre héros dans des péripéties inattendues et spectaculaires, sur fond d’exploration sous-marine.

Marie-France

« C’est une période d’insouciance que j’ai adorée. Mon travail m’occupait toute la semaine, et le dimanche, c’étaient les retrou-vailles entre amis. À cette époque, je rigolais pour un rien, j’étais joyeuse, tout était sujet pour se moquer, pour rire, il n’y avait aucune méchanceté, j’étais juste heureuse.
Mon passé était derrière moi, je pensais fortement que la vie allait me donner le meilleur… Je me trompais. »

Marie-France est née à la fin de la seconde guerre mondiale. Elle est heureuse, jusqu’au jour où elle ne l’est plus. Une rencontre décisive va bouleverser son existence, et pas toujours pour le meilleur… Mais la vie nous réserve bien des surprises : va-t-elle savoir prendre le chemin de la résilience ?
Dans le grand combat entre l’amour et la haine, quelque part se trouve l’espoir, qui bien des fois nous sauve la vie…

Microbes, Bus

« De ce fait, Yann l’intrépide essaiera une feinte, en demandant comment on arrose cette plante, ou boîte-plante.
– Elle ne se nourrit que de l’Amour ! Jamais il ne faut arroser, vient soutenir l’un des sorciers, qui a très bien vu que Yann l’intrépide l’avait ouverte. »

Ce roman singulier mêle douces rêveries, aventures picaresques et une réflexion sur l’avenir de notre planète.
Deux camarades qui se sont rencontrés à la maternelle poursuivent côte à côte leur cheminement, jusqu’à l’Amazonie. Là-bas, ils prendront conscience du rôle qui leur appartient : participer au sauvetage de la planète en devenant les ambassadeurs d’un monde plus propre.

États des lieux

« Mais la mer est là, en toute la Manche, Avranches aux couches fossiles truffées d’ammonites escargots géants, Tombelaine et ses fils dégarnis de granit, le Mont, les prés salés, Genêts. Oui, tout est grande ville peuplée d’animaux océaniques. Alors on se clame, calme, cale et acclame, en prenant des pierres plates comme des dalles sur les lettres gravées du roman. »

L’auteur nous dévoile quelques parcelles de sa vie à travers les lieux – réels ou fictifs – où il est passé, où il a vécu, où il a ressenti. De sa plume virevoltante, il bondit d’un mot à l’autre avec la plus grande facétie pour célébrer le lieu en tant que moment d’existence. À travers ses contradictions, son immobilité paradoxalement mouvante, tel ou tel endroit devient le témoin infini d’explosions de rancœurs et de joies immenses.
Originaire de Granville dans la Manche, anciennement élu en région parisienne, Jean-Joël Lemarchand écrit avec passion, avec une forme de compulsion. Ce nouvel opus nous ouvre davantage un aperçu saisissant d’un imaginaire où musicalité et images se répondent en un phrasé caractéristique.
Jean-Joël Lemarchand est l’auteur de « Poussières » (tomes I et II), « Le roman rouge » (tomes I et II), « Mots rebelles, vies nouvelles », « Morceaux de chairs » et « La valse des fragments », parus aux Éditions du Panthéon.

BEYOND au-delà de la vérité

« Bien, Shérif, la seule chose que j’peux dire est que y a pas deux heures de ça, moi et ma femme avons été réveillés par des lumières bizarres passant au travers des fenêtres… sortes de flashs, voyez… Et là, j’ai entendu les ch’vaux et tout d’suite, plus rien, juste comme ça…. C’est pas bon, Shérif, moi j’vous l’dis. J’sais pas pourquoi, mais c’est pas bon…. Depuis, toutes les lumières sont coupées. »

Jack Davis, shérif du comté de Polson, dans le Montana, enquête sur une disparition d’animaux. Mais il est rapidement amené à celle de sa députée et amie, Jessy Standford. Aussitôt l’affaire tombe sous le commandement du colonel John Miles de l’US Air Force, qui dessaisit Jack. Ce dernier va pourtant tout mettre en œuvre pour la résoudre avec l’aide du mystérieux Robert Tedman.
Ensemble, ils traversent alors le pays pour lever le voile sur ces enlèvements. Leur quête les entraînera jusqu’aux Bermudes…

Le Président, l’ultime complot

« Voyant l’air perplexe de Ed, Tim a ajouté :
– Notre organisation n’est pas la seule à tenter d’orienter le présent et le futur. D’autres groupes font de même et certains poursuivent des objectifs très différents des nôtres, voire opposés. Nous avons donc des adversaires qui peuvent être redoutables. C’est la raison de toutes les précautions que nous prenons. »

Une Organisation qui a décidé de régenter le monde pour le bénéfice de ses seuls membres, est-elle vraiment maîtresse du jeu comme ses dirigeants le pensent ?
Comment un individu inculte, grossier et égoïste peut-il devenir le futur Président ?
Et peut-on changer, mine de rien, une démocratie en dictature, un bon père de famille en fanatique, un mensonge en vérité ?
Ed, vieux garçon sans histoires, se retrouve mêlé bien malgré lui à ce grand jeu de dupes. La frontière entre bien et mal va lui paraître singulièrement ténue…

Belzébuth

« Quand j’étais petite, vraiment petite, j’aimais observer les mouches. Leur capacité à voler me fascinait. J’admirais leur petite trompe que je trouvais si gracieuse, décorée de ses microscopiques poils. J’adorais sentir leurs petites pattes trottiner sur ma peau. Mais je les trouvais tristes et incomprises. Nuisibles, on leur préférait les abeilles. Hideuses, on leur préférait les libellules. Nauséabondes, on leur préférait les papillons. Je comprenais leur tristesse de ne pas être aimées »

Lorsque Maya décroche enfin le rôle qui devrait propulser sa carrière de comédienne, les choses s’emmêlent. Son personnage dans Belzébuth, Marabelle, lui renvoie une image complexe d’elle-même, une image de cauchemar, difficile à regarder en face, envahie de pensées noires qui lui parlent en dedans. Les deux femmes sont unies par leur détermination à toute épreuve… Sauront-elles s’arrêter, le moment venu ? Une écriture incisive et hachée qui délivre une histoire haletante.
Après les sombres atours de « Réverbération », son précédent roman, Laurence Michalski dévoile un nouveau personnage, étrange, paré de multiples facettes qui, toutes, se reflètent en une vertigineuse mise en abyme.

Les chemins de basse ville

« Comment me souvenir de tous ces noms, toutes ces filles, tous ces visages, tous ces parfums que j’ai humés, savourés, caressés à en perdre haleine et raison et qui se sont évaporés. Bon Dieu, qu’ai-je fait jusqu’ici  ? Picolé, me suis soûlé la gueule pendant des années ? Courir et encore courir le guilledou et toujours des culs-de-sac. Quelles addictions  ! Des mensonges à la pelle qui se sont retournés contre moi, qui ont entamé mon équilibre physique et mental. »

Un certain Clément Ledouble, au patronyme sans doute prédestiné, mûri par l’âge et les déceptions, à la sensibilité d’artiste écorché vif et accro à l’alcool, se penche sur un passé peu reluisant.
Après un mariage raté et diverses aventures sentimentales insatisfaisantes autant que torrides, il rencontre une femme remarquable. Agniezska lui a raflé la mise sur le marché de la souffrance et des bassesses humaines : elle a dû quitter sa terre natale, la Pologne, pour fuir le nazisme. Après un périple éprouvant, la jeune fille et sa sœur parviennent en zone francophone d’Europe occidentale où les épreuves de survie seront presque aussi pénibles que dans l’Est.
L’idylle que cette femme de tendresse et d’amour entame avec un homme aussi désabusé, instable et malade sera-t-elle durable ? Rien n’est moins sûr.
La seule certitude pour Agniezska est l’espoir d’un salut par la présence et la consolation de membres de sa famille sauvés de l’Holocauste.
Jean-Hubert Mabille observe ses semblables avec la bienveillance et la finesse qui lui sont coutumières. D’une plume singulièrement tendre, il dépeint cette relation entre deux êtres égarés. Il est l’auteur du « Tableau » (2018), de « La petite fille à la balançoire » (2019), « La main sur le corps » (2020) et « Le livre d’Émile » (2021), parus aux Éditions du Panthéon.

Chroniques parisiennes

« Il était bien 19 h 45 lorsque Jimmy Pelletier quitta le cabinet vétérinaire de Saint-Mandé, où il officiait depuis déjà deux années. Étant le dernier à partir, il fallut qu’il prenne le temps de bien tout verrouiller car le lendemain, c’était dimanche et ses collègues comme lui-même ne seraient pas de retour sur place avant lundi. Le ciel était encore ensoleillé en cette soirée de fin de printemps et Jimmy avait coutume de « terminer » sa semaine par une promenade à pied revigorante jusqu’à son domicile parisien de la rue du Faubourg-Saint-Antoine, l’ancien quartier du meuble où il habitait avec sa nouvelle amie, Lucie Dupuis, en face du square Trousseau. »

Un jeune vétérinaire et sa compagne artiste peintre, une géologue retraitée passionnée d’oiseaux, les parents petits-bourgeois d’un enfant au cœur sur la main, un libraire du Quartier latin amateur de football : voilà une galerie de portraits aussi attachants que singuliers.
Ces personnages qui partagent le même immeuble du faubourg Saint-Antoine nous dévoilent les petites étincelles comme les grands feux qui s’allument dans leurs aventures du quotidien. Et dans ce joyeux méli-mélo, nul ne s’attend à l’arrivée d’un mystérieux criminel…
L’humour conjugué à la gravité des sentiments est le terreau fertile d’où jaillit ce nouveau roman de Christophe Agogué.

Quand l’infini où commence l’autre ?

« Là encore, en revivant, en écrivant, en décrivant ce moment, j’ai la gorge serrée, les larmes qui montent, les bras et les jambes qui se vident de toute énergie. Je revis dans le moindre détail l’attente des heures qui me rapprocheront de l’instant où je vais composer le numéro du Mistral, où je vais appuyer sur le dernier chiffre, où je vais compter le nombre de sonneries avant que l’on décroche, où je vais entendre « Le Mistral, bonjour, xx à votre service », où je vais devoir demander à lui parler, et l’instant où je vais l’entendre dire bonsoir.»

Hormis un dîner il y a deux ans, Emma n’a pas revu son ex depuis vingt ans. Pourtant, elle décide d’organiser des vacances pour eux deux : elle va le retrouver dans le désert marocain, chez des amis détenteurs d’un luxueux complexe de locations de villas. Les retrouvailles sont imminentes… Quelle sera l’issue de ce séjour ? Un récit tout en sauts temporels qui nous emmène dans les pensées et les aventures d’une héroïne haute en couleurs.

La méprise

« Une fois encore, je n’ai pas bien dormi. Je me suis réveillé à plusieurs reprises. Mon sommeil était convulsif, chargé de rêves désagréables. Je ne sais si ce sont les rêves ou l’insomnie intermittente, mais, lorsque je me lève, après une nuit aussi agitée, je me sens menacé. Est-ce le fait de descendre en direction des îles-sous-le vent ? »

Barman dans la discothèque d’un luxueux navire de croisière sillonnant les Caraïbes, Julien dérive dans un univers d’oiseaux de nuit, émaillé de fêtes et de paillettes, au milieu d’une bande de touristes aux mœurs débridées. Au terme d’une soirée de Nouvel An où tous les fantasmes se libèrent, deux personnes sont retrouvées mortes près du bar de Julien : un événement tragique qui dévoile les failles de chacun, à mesure que s’engage une enquête tortueuse où tout, progressivement, devient flou… L’amour se mêle au tableau, rallumant un espoir dont Julien croyait la flamme éteinte depuis trop longtemps.

Journal

« Il n’avait pas mentionné le journal, et avait présenté au capitaine Cihangir la possibilité que la fille ait été présente sur la scène comme étant sa propre supposition. Il ne pouvait pas non plus prétendre être sûr de cette information, sans preuves. Le capitaine n’avait pas insisté et avait hoché la tête. »

À la tête d’une équipe d’opérations spéciales, le lieutenant Koray Akbas découvre lors d’une mission un étrange journal dont la lecture va l’amener à de profonds questionnements. Quel est cet ennemi qui se dresse dans l’ombre ? Ce journal est-il réellement une porte vers la vérité ? Suivi par ses soldats, le lieutenant entame une course-poursuite labyrinthique afin de déjouer les pièges, parfois mortels, qui lui sont tendus.

Daba

« « Un oiseau ne vole pas avec une seule aile. »
La femme rurale est l’épine dorsale de tout programme de développement. Le monde rural volera avec ses deux ailes quand il aura pleinement autonomisé ses femmes à travers des postes à responsabilités et dans l’entrepreneuriat. »

Daba, d’origine sérère, veut être un modèle positif pour les jeunes femmes. Ce roman imagine le parcours de cette personnalité qui prouve par l’exemple que chaque fille, chaque femme possède la force nécessaire pour accomplir ses projets. Transmettre au plus grand nombre ses idées concernant la scolarisation des filles, l’entreprenariat et le leadership féminin, notamment en milieu rural, voici l’ambition de Daba.