Thème : Romans

Sorcière pour l’éternité

« Pour être plus pragmatique, ceux qui utilisent un calendrier lunaire pour jardiner font appel à des forces invisibles. C’est de la magie. N’importe quel acte de la vie relève de la magie puisque nous passons d’une conception mentale à une réalisation concrète, en faisant confiance à des forces invisibles, telles que l’énergie musculaire, les messages sensitifs moteurs, les intuitions qui vont réorienter notre programme. La pesanteur et l’électricité statique, par exemple, sont explicables mais invisibles, pourtant nous basons tant de notre quotidien sur leur usage ! »

Levy vit dans les Pyrénées-Orientales. Suivant les conseils d’une amie chère à son cœur, il reçoit un soin énergétique qui va agir comme un déclencheur spirituel. Levy rencontre en effet un homme étrange et bienveillant qui lui ouvre les portes de son histoire, mais aussi de celle de toutes les femmes, persécutées en raison de leur genre.

Je suis vivant

« Les heures, les jours, les mois qui suivirent furent atroces.
C’était comme un long brouillard. Les images n’apparaissaient jamais clairement, étouffées par sa volonté, impuissante, d’oublier. Ne pas y penser, au moins quelques minutes, était le seul moyen de connaître un bref apaisement. »

Un mariage heureux, de beaux enfants, une situation confortable. Dans le monde de Jeanne, tout est harmonie jusqu’au jour où tout s’écroule.
Mais comme la roue de la vie tourne sans interruption, l’espoir renaît, sombre à nouveau puis jaillit encore. Jeanne, toujours, demeure sur le qui-vive, prête à arracher toute miette de bonheur qui passera à sa portée.

Manipulation

« Je travaille sur un projet scientifique que je connais, avec le gouvernement. Une partie de moi a hâte de voir les progrès qui ont été mis en place. Et une autre partie de moi a peur de ce que l’on va lui présenter. Quoi qu’il en soit, je veux me prouver ce dont je suis capable. Pourquoi a-t-on besoin de moi sur un projet de régénérescence ? Je suis prêt à reprendre là où je me suis arrêté.»

Ben mène une vie de rêve avec Marjorie… Mais le rêve s’effrite, puis s’effondre avec la disparition de celle-ci. Après un éprouvant deuil, Ben reprend son destin en main et, lorsqu’il croit sa vie redevenue stable, ses fondations tremblent à nouveau : embarqué malgré lui dans un conflit aux conséquences inimaginables, il doit se dépêtrer d’une sombre affaire de manipulation… Qu’adviendra-t-il de notre héros ? Saura-t-il garder son intégrité après toutes ces épreuves ?

Les Hommes de l’espoir

« Une semaine passa et Louis semblait s’être plus ou moins adapté au lieu. Il avait désormais acquis quelques habitudes, comme celle d’aller marcher dehors après chaque repas pour mieux digérer, entretenir son carnet privé et boire un chocolat chaud le matin à 10 h 30 à la cafétéria. Certains jours, certains soirs, la peine le gagnait tout de même, mais il ne se sentait plus aussi étranger qu’à son arrivée. »

Louis se présente aux admissions d’un hôpital psychiatrique dans l’espoir de guérir des troubles qui le handicapent. Peu après son arrivée, alors qu’il commence à douter de l’intérêt de sa présence en ces lieux peu accueillants, il fait une rencontre qui, contre toute attente, va l’aider à changer sa perception du monde. Accueilli dans le cercle des patients, Louis découvre une vertu qu’il ignorait jusqu’alors : l’espérance.

Le perce-oreille

« Je pleure comme une enfant. J’ai du mal à respirer et je tente de reprendre mon souffle entre deux sanglots. Mon corps tremble sous l’impact de ce déversement. Lui, m’enlace et attend que ça passe. Que peut-il faire d’autre ? Cette douleur-là est plus forte que tout, rien ne peut l’endiguer. Aucune parole, aucun geste, rien. »

Ce récit est l’histoire d’une relation qui prend fin brutalement et d’une autre qui voudrait prendre racine tranquillement. C’est une courtepointe faite de morceaux de l’histoire personnelle de l’auteure autour desquels sont brodés les fruits de son imagination empreints de son expérience avec la psychologie. Le récit est construit autour du thème des relations humaines, celles qui nous blessent et celles qui nous aident à guérir.

Le médecin, la vie, la mort et l’amour…

« Plus les mois passaient, plus on pouvait espérer que la greffe réussissait et que le rein fonctionnerait normalement.
Jep reprenait des forces et tentait de retrouver une place dans un monde qu’il s’était préparé à quitter.
C’était un revenant ! »

Jean-Philippe Royney est médecin. Il a vécu, dans sa chair, « le duel prodigieux entre la mort et la vie ». Après un moment de révolte, bénéficiant d’une greffe de rein, il se sent redevable d’une seconde vie, y compris dans un amour dont il avait rêvé. Il rejoint les French Doctors, afin de s’acquitter de sa dette.
Les progrès de la médecine tendent à la découverte de traitements « personnalisés ». Mais une fois le diagnostic posé, le patient « est dépersonnalisé ». Il entre dans « une planification des procédures » dans laquelle se multiplient les spécialistes et les technologies ». Le robot-confident – et l’intelligence artificielle – sont en passe de remplacer le psychiatre, et la mort n’intéresse plus que le médecin légiste.

Les différentes positions d’Anéda de l’au-delà

« Oui, moi, Anéda, je vous parle du monde des mânes où maintes histoires et des contes de toutes sortes se racontent. Les uns peuvent nourrir la fiction, mais d’autres reflètent quelques réalités observables. »

Anéda est déjà morte mais elle continue à être fascinée par le monde des humains. Au gré de ses rencontres dans l’au-delà, elle raconte le pouvoir et toutes les choses incroyables que certains sont prêts à faire pour le garder ou s’en emparer. Qu’il s’agisse d’un homme politique puissant ou d’une amoureuse éperdue, nul n’est vraiment innocent dans ce livre…

Elle a disparu

« Marc sait qu’il est important pour lui d’être présent au centre d’opérations, surtout en cette période d’indice extrême d’incendie.
Il est content que sa femme ait compris l’importance pour lui d’être là, mais une petite voix, dans sa tête, lui dit que quelque chose lui échappe. Le changement subit d’attitude de sa femme l’a surpris… »

Québec, fin des années 70. Marc travaille au déploiement de bombardiers d’eau lors de feux de forêts. Au retour d’une mission, il constate la disparition de Lyne, son épouse. L’enquête va révéler la double vie de celle-ci : insatisfaite, Lyne joue le rôle d’escort de luxe. Mais l’escapade en compagnie de son dernier client a tourné au drame. Gravement blessée, Lyne se retrouve sans moyens de joindre les secours et son amant a perdu la vie dans un accident. Une course contre la montre s’engage pour la sauver.

L’escapade

« Tranquillisé, il reprit son périple, profitant pleinement du spectacle que lui offrait le panorama qui défilait autour de lui. Le paysage verdoyant avait quelque chose de sauvage, donnant à celui qui le parcourait, l’impression d’être seul au monde. Comme il avait le temps, qu’il était libre de faire ce qui lui plaisait, il avisa un autre lieu dégagé, plus spacieux et un peu en surplomb. »

Max pense que sa vie est fichue, bonne à jeter à la poubelle. Plus de femme, plus de boulot, plus d’argent. Mais un coup de chance lui permet de prendre la route, en quête de lendemains plus heureux. Bien lui prend, il rencontre Nelly. Elle devient son rayon de soleil, celle qui va partager avec lui joies, émois et émerveillements.

Moi, Michel le caméléon – Tome II

« Je veux qu’elle profite d’une liberté totale, agrémentée d’insouciance. Pour le moment, elle peut disposer entièrement de sa personne. Tout faire, tout entreprendre sans retenue. Nous allons profiter de cet instant à deux. »

Dans ce deuxième tome, Michel, toujours accompagné de Ginette, poursuit ses grands projets philanthropiques. On retrouve avec plaisir cet homme altruiste qui, malgré un emploi du temps déjà bien chargé, n’oublie pas de s’intéresser à sa famille et met un point d’honneur à aider ses amis lorsqu’ils en ont besoin.

My generationS

« – Nous avions voulu révolutionner le monde avec des idées (le communisme) ;
– Nous avions voulu révolutionner le monde avec des pavés (Mai 68 et les étudiants du monde entier) ;
– Et maintenant nous voulions révolutionner le monde avec des fleurs.
Je hochai la tête. Pas mal. »

Années 60, les Mods affrontent les rockers à Brighton et Henri, tout jeune comptable, rêve du Swinging London.
Années 80, Laurent s’envole pour les Antilles avec sa petite amie, le mur de Berlin va bientôt s’effondrer et une génération découvre l’argent facile, mais aussi le pouvoir du collectif via des associations. De nos jours, Sébastien rejette l’« ancien monde », veut revenir à une « vie saine » et se moque de son boomer de père.
Trois générations, un kaléidoscope de situations et de personnages aux vies et aux aspirations modelées par la société dans laquelle ils évoluent. L’auteur se délecte, non sans malice et avec un sens certain de la provocation, des hésitations et scrupules de ses jeunes héros. Il décrit le glissement progressif qui a transformé les fantasmes d’aventure des sixties en recherche d’un idéal domestique chez nos contemporains.

L’Homme confronté

« Premiers pas hésitants pour le bébé, content de traverser un petit espace avant d’agripper une chaise salvatrice, qui se transformeront en course chez le jeune enfant, en pas posé chez le travailleur et le randonneur, en marche rapide pour le sportif, et en petits pas précautionneux chez le vieillard. La forme physique se mesure souvent par l’intensité du pas et la rapidité de l’espace franchi. »

Né dans un monde en guerre, Charles pensait qu’il pourrait vivre en toute quiétude une fois la paix revenue. Il constate au fil du temps que l’apaisement tant rêvé lui reste en partie inatteignable. À l’aide d’histoires qu’il a précieusement rassemblées, vécues ou que des amis lui ont racontées, il dresse le portrait d’un être humain confronté à des obstacles l’obligeant en permanence à s’adapter pour progresser.
Jean Monneret est professeur à l’Université de Grenoble, chargé en maîtrise de la communication et de la construction des messages pour des futurs enseignants.
Il est également l’auteur de « Dépérissement ? Il est encore temps ! », paru aux Éditions du Panthéon (2022).

Deux vies

« Les services sociaux, la police, la justice et les psychologues s’en mêlèrent une fois de plus et, cette fois, ne me lâchèrent pas. J’étais trop jeune pour être coffré, mais le juge me condamna à une liberté étroitement surveillée pendant un an. Une fois de plus, on me plaça dans un collège en milieu ouvert, mais dans un quartier éloigné avec un éducateur chargé du suivi de ma « détention ». »

Ce roman s’inspire d’événements qui ont bouleversé la France : Gilets Jaunes, pandémie, délinquance. Son message : tous les policiers ne sont pas des pourris, tous les délinquants ne sont pas des criminels.
Tout sépare deux hommes. Fils d’une famille aisée, Michel, délinquant en herbe, devient policier. Enfant d’une famille indigente, Alex sombre dans la délinquance et connaît la prison. De l’enfance à l’âge adulte, leur environnement familial, leurs amitiés, leurs rires et leurs amours auront conditionné leur vie.
Lors d’une manifestation de Gilets Jaunes, leurs destins se croisent, l’un sauvant l’autre d’une fin tragique.
Le roman révèle avec humour et tendresse comment la force de l’amitié peut rehausser deux personnalités antagonistes, confrontées à la violence de tensions sociales qui les dépassent.

Un meurtre ordinaire

« Son père avait bien raison. Alors qu’un individu pris isolément est capable de comprendre l’erreur de son mépris à l’égard de ce qui n’est pas « de chez lui », comment un pêché commis collectivement peut-il si aisément apparaître légitime ?
Comme s’il avait lu dans les pensées de Serhat, Barba continua à grommeler.
– Ces meurtres empestent le racisme, dit-il, la peur écarquillant ses yeux. Ça se déchaîne de nouveau ! Que Dieu nous protège… »

Lorsque l’une de ses parentes âgées est assassinée, Ada quitte Paris pour revenir à Istanbul. Elle est accompagnée de son amie Haruka, épéiste et experte en médecine légale. Le meurtre paraît appartenir à une série de crimes dirigés contre de vieilles femmes arméniennes. Bientôt, un suspect est arrêté, mais est-ce bien le coupable ?
Au fur et à mesure de leurs recherches, Ada et Haruka mettent au jour des rancœurs devenues torrents de haines et qui ont traversé les années pour venir briser les destins.

Naufrage

« Les vagues percent la nuit de leurs souffles répétés, la femme les entend, elle les entend de plus en plus et elles lui vrillent le cœur. Ces vagues qui un jour recouvriront ce lieu où elle habite et toute la côte, jusqu’où ? Jusqu’aux premières collines plus haut qui dominent le grand fleuve, sûrement, noyant des grandes villes, un estuaire, des plaines cultivées et prospères. Des centaines de milliers de personnes seront déplacées, réfugiées, ailleurs, surpeuplant des régions entières. »

Une écrivaine vit retirée en Camargue, à l’écart de ses semblables. Elle entend aux nouvelles des informations alarmantes concernant la fonte des glaces. Son imaginaire s’embrase alors, et elle entrevoit avec une précision déconcertante la fin de la civilisation occidentale. Elle envisage de refaire le monde, en harmonie avec son environnement, et d’entraîner dans son sillage ceux qui se sont fourvoyés dans le monde d’avant… Pour tenter de les sauver du grand naufrage.

Dispersion

« « A l’arrière du Kairouan, appuyés au bastingage du pont supérieur surplombant l’étrave blanche laissée par les deux hélices, ils sont nombreux à regarder le port de Tunis s’éloigner. Beaucoup pleurent. D’autres font entendre des récriminations, contre Mendès-France, contre Bourguiba, contre tant d’autres encore. Lelle reste silencieux. L’année 1956 restera celle du déracinement. Sa femme à côté de lui ne dit rien. Ses yeux sont remplis de tristesse et de restes de larmes. Tous ont le sentiment d’avoir été parfaitement ignorés par le gouvernement français. »

La fin de la deuxième guerre mondiale marque l’avènement d’un monde d’après. Reconstruction des pays dévastés, émancipation des colonies dans des combats meurtriers, opposition entre blocs de l’Est et de l’Ouest dans une guerre dite froide. Les destins individuels prennent des chemins divers qui les séparent. Des choix sont faits provoquant de violentes ruptures au sein même de la famille Sellier. Des bonheurs aussi pour ceux qui arrivent à se tirer d’affaire. Jusqu’au grand départ. L’adieu à la Tunisie et le désarroi qui gagne ceux qui débarquent sur une planète inconnue nommée France.
Après « Giovinezza » et « Catabase », Jeff Sestier achève la trilogie retraçant l’histoire de ses personnages hauts en couleur. La Tunisie en route vers une inéluctable indépendance, la France et la Grande-Bretagne en pleine mutation forment le décor de cette attachante galerie de portraits.

Le cœur est la raison d’être

« Bien sûr, je ressentais pour lui de l’affection, de la tendresse, un je-ne-sais-quoi de cette nature, mais pas de l’amour. L’ai-je été, d’ailleurs, amoureuse ? Oui, je le crois. Ou je
l’espère. Je veux m’en persuader.
J’aime l’idée de me dire que j’ai été amoureuse, que j’ai
connu ce sentiment, que j’ai paru normale aux yeux de tous. Paraître… »

Que s’est-il passé sur cette route de Corse par une chaude soirée d’été ?
Face à l’inexpliqué, il est des drames qu’il faut se résoudre à accepter pour continuer d’exister et, surtout, d’aimer. L’amour constitue le fil directeur de ce roman : celui qui lie deux êtres au sein d’un couple, celui d’une fratrie recomposée, d’amis de longue date voire de deux inconnues le temps d’une rencontre.

Facéties des sentiments

« Béatrice, en recul, pouvait donc assister à l’arrivée des derniers invités. Elle les connaissait bien, il s’agissait d’Alice et Charles. Mais Alice n’avait rien à voir avec le pays des merveilles, se disait Béatrice, et d’ailleurs, si Lewis Carroll avait connu cette Alice, il aurait sûrement baptisé autrement la sienne. »

Liza Séguéla nous livre avec ce deuxième roman une analyse acérée sur le mode de fonctionnement de la microsociété bourgeoise. Les chassés-croisés du hasard se jouent de couples victimes de leur aveuglement et incapables, pris dans ce tourbillon de la vie, de rester ancrés dans la vérité de leurs sentiments.
Aucun jugement de la part de l’auteure mais un regard tendre et amusé servi par une narration efficace dans sa construction.
L’amour ne serait-il qu’une valse à deux temps ?
 
Premier temps, s’enlacer
Deuxième temps, s’en lasser !

Vies explosées

« Jadis, Erwan écoutait les informations sur les attentats d’un air distrait. Il les condamnait, mais n’éprouvait aucune émotion particulière. Ses yeux, ses oreilles, son cœur s’étaient apparemment familiarisés avec de telles abominations.
Il avait certainement oublié qu’un attentat peut enflammer non seulement une région, mais plusieurs pays. »

Erwan, personnage imaginaire, est un rescapé de l’attentat de Barcelone du 17 août 2017. Il n’est plus qu’un homme brisé. Au cours de l’année 2020, les commémorations d’attaques le poussent à rappeler les actes terroristes de Charlie Hebdo, Montrouge, Porte de Vincennes, Bruxelles, Manchester, du Nigéria, de Nice, New York et Paris. Avec pudeur, délicatesse, émotion et quelques graines de légèreté, Erwan peint les tranches de vie, radieuses, vivantes, attendrissantes, mais jamais sombres, de toutes les victimes innocentes. Pour que ces disparus ne soient plus jamais des chiffres anonymes associés à une souffrance indicible et que perdure leur mémoire.

Cher patrimoine

« Un appel de mon notaire m’informe qu’il vient de recevoir nos certificats d’hérédité, pour Gilles et moi. Enfin ! Cinq mois hors délai. Nous aurions dû les recevoir fin juin, mais que faire et que dire ? Tant d’énergie pour si peu de résultats. Je me juge inefficace face ces incompétents volontaires. J’ai l’habitude de ne jamais laisser traîner les choses, et d’avoir des résultats immédiats. Quelle pollution intellectuelle, cette affaire ! »

On n’est jamais mieux trahi que par les siens… Le héros de ce roman goûte toute l’amertume de ce proverbe. En parallèle du travail du deuil de son père, il doit livrer une bataille fratricide autour de l’héritage du défunt. Tout à la fois fiction et guide de bonnes pratiques, « Cher patrimoine » analyse les ressorts juridiques et psychologiques à l’œuvre dans une succession ratée.